Genres et Sexualités

#NiUnaMenos

Contre les violences faites aux femmes. Ce soir, nous marcherons !

Publié le 24 novembre 2016

Alors qu’hier, la justice refusait à nouveau de libérer Jacqueline Sauvage, alors que les promesses de Hollande sont bel et bien enterrées sous ses trahisons, alors que les candidats de la droite s’apprête à nous présenter définitivement leur projet en rose et bleu, alors qu’encore aujourd’hui, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou son ex-conjoint, la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes vient réaffirmer dans l’espace public la réalité de la lutte quotidienne menée par des milliers et milliers de femmes et LGBTI. À nouveau cette année, nous marcherons. Tant qu’il le faudra.
Rendez-vous à Paris à 18h30, place de la Bastille.
Nous relayons ci-dessous l’appel du Collectif Féministe Révolutionnaire, collectif issu de la mobilisation féministe contre la loi Travail.

APPEL DU COLLECTIF FEMINISTES REVOLUTIONNAIRES À UN CORTEGE RADICAL ET INCLUSIF POUR LE 25 NOVEMBRE

L’an dernier, sous l’état d’urgence, la manifestation contre les violences faites aux femmes a été interdite.

La mobilisation n’attend pas ! La situation est urgente !

Rappelons seulement les chiffres terribles et symboliques qu’une femme est violée toute les sept minutes en France, que seulement 10% de ces femmes portent plainte, et que, sur ces 10%, seules 2% obtiennent condamnation.

Mais les violences faites aux femmes ne sont pas seulement des agressions physiques et sexuelles. On ne rappelle jamais assez l’étendue des ramifications des oppressions qui structurent, par l’éducation, par la culture, par le travail, notre société cis.hétéro.patriarcale dont le harcèlement de rue n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres.

Sous prétexte "féministe", les luttes et les violences faites aux femmes et aux minorités de genres sont de plus en plus instrumentalisées par une idéologie d’extrême droite raciste et xénophobe qui se banalise dans la plupart des courants politiques, comme en illustre l’épisode du burkini. Nous refusons cette instrumentalisation hypocrite et assassine. En ce contexte d’islamophobie et de racisme ambiants, nous tenons à souligner que les violences faites aux femmes n’ont ni patrie, ni religion.

Ce 25 Novembre, il est donc nécessaire de se rassembler autour d’un cortège féministe, inclusif, antiraciste, anticapitaliste, et internationaliste.

Nous exigeons :

- La fin de l’impunité des agresseurs.
- Accès à la PMA libre et gratuite pour toutEs.
- L’abrogation immédiate et sans condition du délit de racolage public, et de toutes les mesures légitimant le harcèlement policier des travailleuses du sexe.
- Le retrait de toutes les mesures stigmatisant les femmes voilées et les excluant des écoles, de certaines professions ou de l’espace public.
- La facilitation du changement d’état civil pour les personnes trans’.
- La régularisation de tout.es les sans-papiers.
- L’abrogation de la loi HPST et la défense du service public sur la santé des femmes (IVG, inclusion des femmes dans les essais cliniques, campagnes de prévention VIH/ST adaptées aux spécificités des femmes, maternités …)
- Le droit d’asile pour les femmes cibles de persécutions et de violences sexistes, lesbophobes et/ou transphobes.

Faisons éclater la chape de plomb qui opprime les victimes de violences. Que la peur et la honte changent enfin de camp !

Nous appelons à la manifestation du 25 Novembre, à 18h30 à Bastille !!

Nous appelons aussi à un rassemblement, une heure plus tôt (17h30), à Bastille, pour préparer ensemble pancartes et slogan !!