Genres et Sexualités

L’Eglise et les mouvements conservateurs se sentent pousser des ailes !

Délit d’entrave à l’IVG : Mgr Pontier interpelle Hollande, le droit à l’avortement vacille

Publié le 30 novembre 2016

Mgr Pontier, le président de la Conférence des évêques de France, a écrit une lettre à François Hollande pour exprimer son « inquiétude » à l’égard de l’inscription dans la loi de l’extension du délit d’entrave à l’IVG qui sera prochainement instaurée sur internet suite à la proposition de ce texte législatif par Laurence Rossignol. Ce texte législatif, proposé par Laurence Rossignol, sera débattu à l’Assemblée Nationale le 1er décembre. Cette apparition remarquée de Mgr Pontier est aussi révoltante que rare.

Théo Taucit

Seulement le président des évêques oublie que cette question concerne les femmes, et uniquement elles, et que l’influence des réseaux sociaux peut aggraver psychologiquement une situation déjà difficile et compromettre l’IVG. Cette prise de position vient rappeler aux femmes, qu’elles seraient incapables de choisir par elles-mêmes et seraient obligées d’avoir l’opinion des hommes pour décider de ce qu’elles font de leurs corps.
C’est donc en tant que porte-parole du patriarcat, que Mgr Pongier balaie l’opinion des femmes concernées au détriment de la « sainte morale » qui justifie encore aujourd’hui l’oppression des hommes sur les femmes, et rabaisse les femme à la figure « maternelle » vouées à s’occuper de la famille, incapables de prendre correctement les décisions qui leur semblent juste pour elles-mêmes. De plus, le délit d’entrave est déjà interdit et puni par la justice puisque cette loi n’est qu’un prolongement d’une mesure déjà existante. Par conséquent, il confirme le fait qu’il se sert des réseaux sociaux pour culpabiliser, imposer aux femmes qui souhaiteraient recourir à un IVG de ne pas le faire sous prétexte d’une morale religieuse conservatrice et réactionnaire vis à vis des droits des femmes. Il n’y a qu’à regarder ce qu’il se passe actuellement en Pologne, où la droite main dans la main avec l’Eglise a cherché à interdire l’IVG. Un discours qui alimente le sexisme, les attaques envers les femmes qui choisissent d’avorter et se retrouvent ainsi harcelées, victimes d’injures de la part des mouvements conservateurs qui les comparent à des tueuses/assassins !
 
 Le comportement de Mgr Pontier n’est pas anodin, car malgré ses propos selon lesquels il prône la défense des libertés d’expressions et de consciences sur les réseaux numériques ; "Une limitation d’autant plus grave qu’elle touche à des questions de liberté de conscience. Cela me semble être une atteinte très grave aux principes de la démocratie" affirme Mgr Pongier, qui montre bien une volonté de réaffirmer le pouvoir des institutions religieuses sur la République surtout depuis que François Fillon en tant que « vestige du moyen âge » est désormais le candidat des républicains.
C’est ainsi que les mouvements conservateurs jouent le rôle de "préservateur" de la démocratie en oubliant plus de deux siècles d’Histoire ou nous combattions ces mêmes personnes qui prônaient l’ordre face à « l’anarchie » qu’allait créer la démocratie. Ces nombreuses revendications réactionnaires sont les conséquences d’un retour des valeurs traditionnelles qui se nourrit notamment de la victoire de Trump et de Fillon ainsi que de la médiatisation et de l’agitation de l’islam comme « ennemi de la République », avec les discours de Zemmour qui demande aux musulmans de choisir entre leur religion et la République et amène donc les catholiques à se prétendre les « sauveurs de la démocratie » ou voire "les piliers de la morale face à la décadence". `
Cette situation désastreuse et inquiétante pour l’indépendance des femmes, leur droit à disposer de leur corps, nous rappelle que dans la société capitaliste les droits ne sont pas des acquis et qu’il est donc nécessaire de se rassembler, de lutter et de faire entendre nos voix face aux nouveaux mouvements réactionnaires pour apporter un programme féministe révolutionnaire apte à consolider l’ensemble des forces qui veulent préserver les acquis sociaux et qui vont même plus loin, revendiquant la fin au patriarcat.