Culture et Sport

L’animation iranienne en quelques courts

Publié le 1er septembre 2016

Cédric Lépine

Sortie nationale (France) à partir du 28 septembre 2016 du programme de courts métrages d’animation "Chouette… un nouvel ami !"

Reproduit ici avec l’autorisation de l’auteur.

Depuis une décennie, le distributeur français Les Films du Whippet permettent la découverte au plus grand nombre dans les salles et aussi en DVD, du cinéma d’animation iranien. Il s’agit à chaque fois de programmes de courts métrages dont voici la liste : Vent de folie à la ferme (Le Robot et le fermier d’Abdollah Alimorad, Le Trésor d’Ahmad Arabani, Le Canard et le fermier d’Aviz Mirfakhraï), L’Écureil qui voyait tout en vert (Contes qui tiennent sur une ligne de Behzad Farahat, Pluie d’allégresse de Nahid Shamsdoust, C’est moi qui l’ai trouvé ! de Behzad Farahat), Le Petit monde de Bahador (Bahador d’Abdollah Alimorad, Compagnon d’Ali Asgharzadeh, Rentrons chez nous de Behzad Farahat), Le Corbeau et un drôle de moineau (Un jour, un corbeau d’Abdollah Alimorad, Le Corbeau qui voulait être le plus fort de Mohammad-Ali Soleymanzadeh, Le Moineau et la graine de cotonnier de Morteza Ahadi Sarkani), La Montagne aux bijoux (La Montagne aux bijoux d’Abdollah Alimorad, Les Oiseaux blancs d’Abdollah Alimorad, Une histoire douce de Mohammad-Reza Abedi), Portrait de famille (Maman corbeau et le renard de Mohammad-Ali Soleymanzadeh, Le Mariage du papillon de Mahin Javaherian, La Noce de Hajar de Mahin Javaherian, Le Mariage du corbeau de Mahin Javaherian, La Citrouille qui roule de Morteza Ahadi) et Lili Pom et le voleur d’arbres (Songe d’un petit agneau de Hamid Karimian, Le Voleur d’arbres de Rashin Kheyrieh : ne sont cités que les deux seuls films iraniens du programme). C’est donc peu dire que Les Films du Whippet constituent par leurs efforts et leur attention dans leur sélection de films, le rôle indispensable et incontournable du cinéma d’animation iranien en France. Et en matière d’animation, le cinéma iranien est riche d’un beau patrimoine grâce à l’apport essentiel constitué par la Kanoon (Institut pour le développement Intellectuel des Enfants et des Adolescents) créé en 1969 où des cinéastes comme Abbas Kiarostami ont commencé à réaliser leurs premiers films sur l’enfance. On ne s’étonnera pas que de nombreux courts métrages soient issus de cet organisme d’État dans les divers programmes constitués par Les Films du Whippet.

En ce qui concerne le nouveau programme Chouette… un nouvel ami ! seul La Cravate et Pyracantha n’ont pas été produits par la Kanoon, le premier parce qu’il s’agit d’un film belge et l’autre parce que le film est davantage indépendant, la réalisatrice Negareh Halimi apparaissant aux différents postes créatifs du film. Le film est ainsi le plus singulier du programme, réalisé image par image avec des personnages en pâte à modeler, en l’occurrence des escargots évoluant dans un décor naturel issu de prises de vue réelles associant l’écorce d’un arbre et la neige. Il y a bien aussi l’arbuste pyracantha avec ses boules rouges vives qui donne son titre au film, bien que l’histoire repose sur un escargot et sa rencontre inopinée avec un autre individu de son espèce. Leur confrontation avec un monstre (amas noir informe) les conduit à s’unir, mélangeant leur couleur dans un monde où les escargots apparaissent en monochrome. Sachant que l’escargot est hermaphrodite, on peut voir dans le choix de ce personnage comme une représentation possible de l’individu genré dans l’espace politique et social en Iran. C’est toute la poésie que dégage cette animation qui laisse entrevoir cette possibilité de lecture.

Le court métrage belge La Cravate est celui qui dénote le plus dans ce programme : par sa nationalité, sa technique utilisée (animation 3D) et son thème où l’amitié promise par le titre est moins évidente puisqu’il s’agit d’une histoire entre un jeune girafon et un girafe adulte que l’on peut à juste titre interpréter comme étant son père. Ce court métrage a cependant en commun avec les autres d’être muet, développant un message universel sur le monde de l’enfance et de présenter une animation récente (les courts de ce programme appartenant tous aux années 2010). À ce titre on peut imaginer que le distributeur ait voulu renforcer ainsi la propension universalisante du thème choisi avec cette invitation faite à l’animation belge. Notons que l’usage de la 3D rend moins poétique l’univers développé, contrairement aux autres courts.

Le Moineau et l’épouvantail doit beaucoup à son scénario adapté d’une histoire originale de l’auteur turc Yalvaç Ural. Les personnages, le moineau protagoniste, l’épouvantail foyer, les corneilles symbole de mort, la louve et ses petits à la double facette, évoluent dans un monde rigoureux marqué par le froid, la neige et la raréfaction des aliments. Dès lors, la solidarité qui naîtra de petits gestes d’un modeste moineau offrira la possibilité à un printemps rayonnant de voir le jour. La morale est à ce titre appréciable, notamment autour de la figure de la louve et surtout du modeste moineau qui à l’instar de Kirikou déplace des montagnes malgré sa petitesse compensée par l’immensité de sa générosité et de son courage.
Quant aux Contes qui tiennent sur une ligne de Behzad Farahat, ces courts font suite à toute une série autour d’un petit écureuil également plein de bonne volonté qui réagit à son environnement direct dans un décor épuré sur fond noir, tel le tableau noir d’école où émerge l’univers enfantin au bout d’une craie. Cette animation touche par le rendu du mouvement animal associé à un travail sur le son qui seconde parfaitement lesdits mouvements de l’animal. Le fond noir se révèle alors d’autant plus déterminant, que le spectateur concentre son attention sur cette merveilleuse expérience que constitue l’observation contemplative d’un minuscule animal en prise directe avec son milieu naturel.

Quant à Jolie lune, ce court est réalisé par Nazanin Sobhan Sarbandi, une pionnière du cinéma d’animation, aussi brillante dans l’animation que dans sa peinture à l’instar du profil artistique de Negarel Halimi. La cinéaste utilise le papier découpé pour animer ses personnages, en l’occurrence la lune et un enfant. Là aussi, si l’amitié entre un astre et un enfant peut être questionné, c’est tout ce monde volontairement anti naturaliste, proche de l’expressionnisme, la couleur en plus, qui permet d’explorer l’enfance, ses préoccupations et son imaginaire.

Chouette… un nouvel ami !
Programme de courts métrages d’animation de 43 minutes.
Distributeur (France) : Les Films du Whippet

Le Moineau et l’épouvantail
Titre original : Ghalb-e-Matarsak
Iran, 2015
Animation 2D, 11 min 30
Scénario et réalisation : Gholamreza Kazzazi d’après l’histoire de Yalvaç Ural
Conception des personnages : Gholamreza Kazzazi et Shahrzad Abdalvand
Conception artistique : Gholamreza Kazzazi
Storyboard : Meghdad Akhavan
Animateurs : Meghdad Akhavan, Gholamreza Kazzazi et Ariv safarzadegan
Musique originale et son : Meysam Kazzazi
Composition vidéo et montage : Mehdi Pourkerman
Production : Institut pour le développement Intellectuel des Enfants et des Adolescents (KANOON - Iran)

Contes qui tiennent sur une ligne
Réalisation : Behzad Farahat
Iran, 2010
Animation 2D, 2 x 4 min
Scénario : Behzad Farahat et Mohammad Aminosharieh
Graphisme et Animation : Behzad Farahat
Son : Mahmoud Mohaghegh
Producteur Exécutif : Mohammad-Reza et Karimi Saremi
Production : Institut pour le développement Intellectuel des Enfants et des Adolescents (KANOON – Iran)

Jolie lune
Titre original : Mah-e Mehraban
Réalisation : Nazanin Sobhan Sarbandi
Iran, 2012
Éléments découpés, 7 min 26
Scénario : Marjan Fouladvand
Animation : Shahrzad Akrami - Son : Changuiz Sayyad
Musique : Milad Derakhshani - Montage : Mohammad Nasseri
Graphisme : Nazanin Sobhan Sarbandi
Production : Institut pour le développement Intellectuel des Enfants et des Adolescents (KANOON - Iran)

La Cravate
Titre original : The Tie
Belgique, 2015
Animation 3D, 8 min 39
Scénario et réalisation : An Vrombaut - Musique : Frederik Sioen
Production : Lunanime (Annemie Degryse)
Coproduction : Creative Conspiracy (Luc Van Driessche)
Avec le soutien du Fond Audiovisuel de Flandre

Pyracantha
Titre original : Pyracantha
Réalisation : Negareh Halimi
Iran, 2015
Stop motion / argile, 6 min 21
Scénario : Negareh Halimi / Amin Malekian
Son : Ali Nouri
Image : Negareh Halimi
Animation : Negareh Halimi
Production : Negareh Halimi