Culture et Sport

Oui ce monde est à changer...

Poésie. Melinda était belle et vivante. Mais elle n’existait pas. Elle était Rom.

Publié le 27 septembre 2016

Un saltimbanque

Elle avait 14 ans et toute la vie devant elle.
Elle était jeune, et belle, et vivante.
Elle avait 14 ans et toute la vie devant elle. Elle était jeune, et belle,
et vivante.
Comme des millions de jeunes filles, en France et dans le monde. Et pourtant elle n’existait pas.
Non, Melinda n’existait pas. Elle était Rom, roumaine.
Et elle reste Rom malgré la mort qui en un éclair l’a emporté alors qu’elle se faisait belle dans cette salle de bain d’un squat grenoblois.
Elle était la lumière d’une jeunesse malmenée et pourtant pleine d’espoir.
Aux autres bouts du monde, des millions de jeunes filles sont bafouées, torturées, exploitées, violées, plus que jamais.
Et sur notre belle terre des droits de l’homme, nombre d’entre elles vivent ignorées, blessées, ignorées, méprisées, tout comme les familles Roms malmenées, expulsées, rejetées. Melinda avait 14 ans et elle est morte électrocutée par un câble électrique tombé dans la bassine baignoire d’un domicile improvisé.
Elle avait 14 ans. Nous sommes en 2016.
Ce n’est pas le monde qui ne tourne pas rond, mais les hommes qui le dirigent - comme à la tête de notre État - et le conduisent à sa perte.
Le monde, une jeune fille. La vie, la mort.
La colère, et l’émotion.
L’émotion et la colère face à cette humiliation devenue ordinaire et coutumière.
Je pense à Melinda. Je pense à mes filles.
Oui ce monde est à changer.