Section

Politique

Macron, le mépris de classe version surdoué

Les travailleurs, il s’en lave les mains

Macron, le mépris de classe version surdoué

Dans une situation où le PS est tellement délabré que se pose, de fait, la question du ralliement des socialistes à Emmanuel Macron, ce dernier cherche à apparaître comme le dernier rempart contre le libéralisme dur de François Fillon. Pour autant, celui qui se veut être le « candidat du travail », est loin d’être le candidat des travailleurs. Et de fait, quand on se penche sur son passé et sur ses « dérapages », on voit bien que derrière l’image du jeune réformateur se cache un pur produit du Medef, méprisant envers toute personne sans costume, et pour qui la vie d’un patron est plus dure que celle d’un ouvrier aux 3x8.

Pour s'envoler vers les présidentielles, Macron voudrait détruire le PS

De la bulle au bulldozer ?

Pour s’envoler vers les présidentielles, Macron voudrait détruire le PS

Ce que les socialistes et la droite aimaient à décrire comme une « bulle » risque de moins en moins d’éclater et fait tellement d’ombre à gauche comme à droite qu’il est devenu la principale préoccupation de Fillon et des candidats de la primaire à gauche. Un phénomène politique tel que ses soutiens pleuvent : chaque jour, de nouvelles défections viennent renforcer les rangs d’En Marche ! qui a d’ores et déjà refusé toute alliance de partis. Une dynamique qui pose ouvertement la question d’une candidature PS aux présidentielles, et qui surtout en dit long sur l’état de décomposition des appareils traditionnels sur lesquels la Vème République a prospéré. Cependant, quand certains placent leur espoir en Emmanuel Macron, ce dernier ne promet qu’une chose : achever l’œuvre déjà commencée par Hollande, et renvoyer le « modèle social » français aux oubliettes.

Quand Valls rejoue le "travailler plus pour gagner plus" de Sarkozy...

Défiscalisation des heures suppl. : le retour ?

Quand Valls rejoue le "travailler plus pour gagner plus" de Sarkozy...

C’était une proposition phare de la campagne de Sarkozy en 2007. La défiscalisation des heures supplémentaires, présentée sous la formule connue du "travailler plus pour gagner plus", avait été mise en place dès le début de son quinquennat. Hollande, en 2012, l’avait retirée. Aujourd’hui, c’est le "Sarko de gauche" Manuel Valls, qui veut en faire un axe fort de son programme...

Primaires de la gauche. Quand Valls ose le féminisme

La valse des hypocrites

Primaires de la gauche. Quand Valls ose le féminisme

« C’est peut-être un des sujets les plus difficiles à appréhender […] parce que les responsables politiques ne donnent pas toujours le bon exemple ». Lors du troisième débat des primaires de la gauche de ce jeudi 19 janvier, les candidats ont été interrogés sur les mesures à prendre pour avancer dans l’égalité femmes-hommes. Si la plupart d’entre eux ne semblent pas très au clair sur la réalité des vies des femmes en France aujourd’hui, y compris Sylvia Pinel, seule femme de ces primaires, la palme du soir revient à Monsieur Valls, pour son hypocrisie éhontée sur le sujet. Et ce malgré la concurrence rude d’un Montebourg dont on avait déjà pu apercevoir la haute opinion qu’il a des femmes, ou d’un Bennahmias incapable de ne pas couper la parole à la seule femme candidate du plateau.

Compte Personnel d'Activité. Un cadeau empoisonné made in PS

Institutionnaliser la précarité ou en finir avec elle ?

Compte Personnel d’Activité. Un cadeau empoisonné made in PS

Le compte personnel d’activité (CPA), inscrit dans la loi Travail et en vigueur depuis une semaine, a été souvent présenté par le gouvernement mais aussi par plusieurs syndicats comme un acquis pour les travailleurs, comme porteur de nouveaux droits. Mais est-ce réellement le cas ?

Troisième débat des primaires « à gauche » : lequel était le plus à droite ?

Dégringolade

Troisième débat des primaires « à gauche » : lequel était le plus à droite ?

On connaissait les prophéties auto-réalisatrices. Il y a maintenant les sondages auto-réalisateurs. Le Monde publie dans son édition de vendredi une batterie de résultats issus d’une enquête réalisée par le Cevipof-Ipsos Sopra Steria à propos, notamment, de la primaire à gauche. On y découvre ainsi que, parmi le carré de tête, Valls aurait davantage l’étoffe d’un président, Hamon comprendrait « les problèmes des gens comme nous » et, qu’avec Montebourg, il serait deux fois plus sympathique que l’ancien premier ministre. On y lit, également, que le PS pourrait être en voie de disparition. Au cours de ce dernier débat avant le premier tour de la primaire à gauche, nous avons donc eu un Valls qui a surjoué le poptentiel locataire crispé de l’Elysée, Hamon qui s’est souvenu de ses discours de quand il était président du MJS (et qu’on rasait gratis) et, avec Montebourg, il a essayé de se montrer souriant. Tous les candidats, en revanche, se sont situés « à droite de leur gauche », y compris ceux qui sont censés être les plus marqués à gauche, sans pour autant garantir, de par leur performance, une réelle bouée de sauvetage pour un PS en pleine dégringolade. Comme si les rôles avaient été écrits au préalable par les sondeurs et que tous s’étaient appliqués à les performer.

Meeting Poutou à Evry. « Il faut préparer le troisième tour des présidentielles, dans la rue »

#2017PoutouDoitEnEtre

Meeting Poutou à Evry. « Il faut préparer le troisième tour des présidentielles, dans la rue »

Lundi dernier, Philippe Poutou s’est rendu dans la ville fief de Manuel Valls pour un meeting de campagne aux côtés de plusieurs syndicalistes du département : Ibrahima Dia (syndicaliste Sud-Santé), Angelique Grosmaire (syndicaliste à la Poste) et Florent Grimaldi (syndicaliste chez Renaud) sont venus défendre la candidature de Philippe Poutou dans la ville préfecture de l’Essonne. Une cinquantaine de personnes s’étaient déplacées pour rencontrer le candidat et débattre des thèmes abordés.

3 mois de prison pour la gifle de Valls : à quand la condamnation des Balkany ?

#JusticeDeClasse

3 mois de prison pour la gifle de Valls : à quand la condamnation des Balkany ?

Après avoir été giflé ce 17 janvier, Manuel Valls a immédiatement porté plainte. Résultat, la peine est tombée moins de 24 heures plus tard : trois mois de prison avec sursis, 105 heures de travail d’intérêt général (TIG)… et un euro de dommages et intérêts à la demande de l’ex-Premier ministre.

Arnaud Montebourg, celui qui aime les patrons taillés "made in France"

Primaire du PS

Arnaud Montebourg, celui qui aime les patrons taillés "made in France"

Arnaud Montebourg, rentré dans l’arène politique en 1997, connu comme ayant été le « plus frondeur des frondeurs » du Parti socialiste, cherche aujourd’hui à gagner sa place pour la présidentielle du printemps 2017. À distance des éléphants du PS, élevé avec la clique Hamon, Peillon et Valls, il s’est forgé peu à peu - avec de nombreux retournements de veste – une personnalité, un parcours, des relations. À côté d’Hamon ou de Peillon, Montebourg apparaît aujourd’hui comme le « moderniste », celui ayant le plus la « niaque » et une personnalité « atypique ». Le « made in France » et la « démondialisation » il en a fait sa marque de fabrique. Montebourg est aussi connu, dans les couloirs de l’Assemblée nationale, sous le surnom de « Love love », le « tombeur de ces dames » au sourire ravageur. Il n’échappe à personne que Montebourg incarne en lui-même avec son costard, sa marinière, et sa voix « précieuse », l’essence même de la « gauche caviar ». De cette « gauche caviar », Montebourg n’en a pas que le sourire et les attitudes. Il est avant tout ce pur produit du PS qui veut en récupérer l’appareil pour le « rénover », cet homme qui depuis 2014, loin de la « politique professionnelle », s’est constitué un réseau de contacts dans la finance et dans les entreprises françaises, qui gagne des centaines de milliers d’euros par an et qui sous ses « airs charmants » dissimule, avec difficulté, des comportements et propos sexistes. Qui est Montebourg ? Ce candidat du « travail et du salaire » qui depuis quelques années travaille à défendre et tisser des liens avec… les patrons (français) avec lesquels il partage un point commun : un portefeuille bien rempli.

Benoît Hamon, comment faire du neuf avec du vieux ?

Un candidat made in PS

Benoît Hamon, comment faire du neuf avec du vieux ?

Il est rentré au Parti socialiste en 1986. Il a lutté contre le projet de loi Devaquet. Il commence à Brest, il est membre des clubs Forum, la jeunesse rocardienne, groupe présidé à l’époque par un certain Manuel Valls. Maintenant, ils s’affrontent à la primaire de gauche, mais ce n’est pas le seul allié d’hier qu’Hamon combat aujourd’hui. Si, selon les sondages, il arrive à cette place hypothétique de finaliste, celui qui essaye de donner une « teinte » de « gauche » au PS n’est pas arrivé ici par hasard. Trahison, apparatchik du PS, ancien dirigeant des MJS, petit portrait caustique de Benoît Hamon. Ça s’est joué à coup de trahisons et d’utilisation de l’appareil du PS et de sa jeunesse, les MJS.

Valls une petite gifle avant la grosse claque électorale ?

« La claque [...], on était 66 millions à vouloir te la mettre »

Valls une petite gifle avant la grosse claque électorale ?

Enfariné le 22 décembre à Strasbourg, giflé à Lamballe mardi dernier, insulté à la radio ce mercredi. Décidément la côté de popularité de Manuel Valls n’est pas au plus haut. Il paye les conséquences de son mandat autoritaire à base de 49.3, de coups de matraque et de tirs de flash-ball sur manifestants certifiés état d’urgence. Celui qui faisait encore il y a peu office de favori à la primaire de la gauche sent le vent tourner, au point que sa victoire au second tour semble de plus en plus compromise. Cette petite claque ne donne-t-elle qu’un avant-goût de la baffe qui se prépare ?

Le FN, le parti "anti système", jubile d'être invité au Medef

« Nous sommes de vrais libéraux »

Le FN, le parti "anti système", jubile d’être invité au Medef

C’est une nouvelle qui a surpris, et déclenché une polémique au sein du patronat français. Pierre Gattaz, chef de file du MEDEF, a en effet invité Marine Le Pen à exposer, devant les fédérations du syndicat, son programme à la suite d’un comité exécutif, ce lundi 16 janvier. Le parti frontiste jubile : le voila invité à défendre son projet devant les puissants.

Pour en finir avec le délit de solidarité

Tribune libre

Pour en finir avec le délit de solidarité

Procès d’habitants de la vallée de la Roya « coupables » d’être venus en aide à des réfugié⋅e⋅s, avec la menace de lourdes sanctions. Mesures d’intimidation, poursuites - et parfois condamnations - de personnes ayant agi en soutien de migrant⋅e⋅s ou de Roms, à Calais, à Paris, à Norrent-Fontes, à Boulogne, à Loos, à Perpignan, à St-Etienne, à Meaux... On assiste depuis plusieurs mois à la recrudescence de cas où la solidarité est tenue pour un délit.
Il est clair que les autorités entendent faire plier les citoyennes et les citoyens qui n’adhèrent pas aux politiques de non accueil et de mise à l’écart des migrants, et qu’elles n’hésitent pas pour cela à les assimiler à ceux qui profitent de la vulnérabilité des exilé⋅e⋅s et les exploitent, passeurs et trafiquants en tout genre.
100 organisations associatives ou syndicales, nationales ou locales, publient un manifeste par lequel elles entendent dénoncer ces procédés. Dans les semaines qui viennent, elles mettront en œuvre toutes sortes d’actions afin que soient préservés le droit de regard, le droit de critique, le droit de s’opposer à des politiques qu’on désapprouve, le droit de se conduire autrement qu’en agent de politiques de fermeture : le droit d’agir en toute humanité.

Filoche roule pour Montebourg

Il a fini par rentrer dans le rang

Filoche roule pour Montebourg

Que fallait-il attendre de Gérard Filoche, interdit de primaire socialiste ? Qu’il continue à agir comme l’inspecteur du travail intransigeant qu’il sait être, celui qui dénonce les licenciements et l’arbitraire patronal ? Ou qu’il finisse par appuyer l’un des apparatchiks du PS en lice pour les présidentielles ?

Macron traque les "crevards"... pour obtenir de fidèles alliés

Petite leçon de stratégie politicienne

Macron traque les "crevards"... pour obtenir de fidèles alliés

Alors que chaque sondage contredit le précédent et que tous les scenarios sont encore ouverts pour la présidentielle, la dynamique impulsée par Emmanuel Macron séduit de plus en plus, et notamment à gauche. Et alors que chaque jour de nouvelles personnalités rejoignent le mouvement "En Marche" certains élus PS sentent le vent tourner... Une situation que Macron entend bien exploiter à son avantage.

Conférence de presse de Philippe Poutou : « Tous ces candidats des privilégiés, personne ne vient leur dire qu'ils sont de trop. »

Conférence de presse de Philippe Poutou : « Tous ces candidats des privilégiés, personne ne vient leur dire qu’ils sont de trop. »

Ce lundi 16 janvier, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, Philippe Poutou, donnait une conférence de presse pour populariser le combat démocratique qu’il mène contre les obstacles qui sont posés à sa recherche des 500 parrainages. Le site web du Monde avait publié vendredi dernierune tribune signée par plusieurs personnalitésdénonçant la sélection administrative à laquelle se heurte le seul candidat à cette élection qui soit un ouvrier. Depuis,une pétition (#2017PoutouDoitEnEtre)a été lancée, pour faire peser la même préoccupation démocratique.

Primaire de la gauche : le cirque d'hiver a enfin débuté !

Sur fond de vague de froid…

Primaire de la gauche : le cirque d’hiver a enfin débuté !

Second débat mais première représentation. Ce dimanche 15 janvier avait lieu, en simultané sur BFM TV, iTélé et RMC, le deuxième débat de La Belle Alliance. Pendant près de 3 heures, les sept candidats de la primaire ont abordé plusieurs sujets, allant de la politique internationale à la question de la laïcité. Après un premier débat en forme de round d’observation jeudi dernier, ce second acte aura été plus animé. Tout en évitant toujours soigneusement de faire le bilan de la politique de Hollande, et de tirer sur l’ambulance du PS, Hamon a tenté d’imposer sa ligne, et d’entrainer les candidats dans un front anti-Valls. Quant à Montebourg, il tente de tirer les marrons du feu. Mais alors que tout le monde déteste le PS, les ombres de Mélenchon et de Macron planent toujours sur le débat.

#2017PoutouDoitEnEtre. Une grande bataille démocratique : aidez-nous à la mener !

Imposons leur la candidature d’un ouvrier anticapitaliste

#2017PoutouDoitEnEtre. Une grande bataille démocratique : aidez-nous à la mener !

Un ouvrier c’est là pour fermer sa gueule, titrait Philippe Poutou en 2012 dans un petit livre où il revenait sur le mépris de classe auquel il avait à faire face dans les médias, notamment après un passage particulièrement caricatural chez Ruquier. Les mécanismes sont les mêmes aujourd’hui, alors que les présidentielles de 2017 approchent. En plus caricatural même, puisque au fur et à mesure que le régime politique de la Cinquième République s’installe dans une crise toujours plus profonde, il se roule en boule autour de ses traits les plus anti-démocratiques. Imposer la candidature d’un ouvrier anticapitaliste est donc plus que jamais un véritable combat de classe, et démocratique.

Sous la pression de la dynamique Mélenchon, la crise du PCF s'approfondit

La bataille des législatives se prépare déjà

Sous la pression de la dynamique Mélenchon, la crise du PCF s’approfondit

Moins de deux mois après le vote des militants du PCF en faveur du ralliement à la candidature de Mélenchon, le ton est monté d’un cran entre Pierre Laurent et le candidat de la « France Insoumise ». En cause, la question des législatives où Mélenchon a choisi de présenter des candidats sans consultation avec le PCF, et parfois même en concurrence directe avec des candidats communistes. Une épée de Damoclès au-dessus des députés communistes qui a obligé Pierre Laurent à monter au créneau lors d’une interview donnée à Médiapart.

Compte personnel d'activité. Valls tente de cacher la loi El Khomri par les miettes données au monde du travail

Entourloupe en direct devant 3 millions de téléspectateurs

Compte personnel d’activité. Valls tente de cacher la loi El Khomri par les miettes données au monde du travail

Jeudi soir sur le plateau de TF1, Manuel Valls a défendu mordicus sa loi Travail, passant rapidement sur ses mesures les plus importantes pour les salariés –inversion de la hiérarchie des normes, baisse de la rémunération des heures supplémentaires, référendums d’entreprise– pour présenter aux téléspectateurs quelques miettes, qu’il a présentées comme des « avancées importantes », avec en tête le Compte personnel d’activité. En réalité, ces « grandes avancées » sont au mieux des miettes, au pire des coquilles vides qui n’auront qu’une réalité très réduite.

De Castries. L'ami de Fillon riche à millions

Plus on est riche, plus on gagne de l’argent…

De Castries. L’ami de Fillon riche à millions

Toucher 5,3 millions d’euros l’année de sa mise à la retraite ? C’est possible. Encore faut-il avoir les relations qu’il faut et une bonne position. C’est le cas du comte Henri de La Croix de Castries, Henri de Castries pour les intimes. L’ex-PDG d’AXA a annoncé son départ anticipé en mars 2016 pour se consacrer pleinement à la campagne de son ami François Fillon. Non sans avoir réalisé, au préalable, quelques transactions.

Faux départ pour les primaires de la gauche

Une primaire sans éléphant

Faux départ pour les primaires de la gauche

Dans ce premier débat de la primaire de la gauche, les absents n’ont cessé de planer au dessus de celles et ceux qui briguent l’investiture socialiste. Dans un contexte politique ou le PS et ses alliés peinent à exister face à Mélenchon à sa gauche et Macron à sa droite, il s’agissait hier soir pour les sept candidats de lancer une dynamique autour de cette « machine de guerre électorale » que devait être la primaire. Au-delà des candidats déclarés à la primaire de la Belle Alliance Populaire, c’est aussi l’ombre du président qui a plané sur le débat, dans une échéance taillée pour lui que Valls, son ex-premier ministre, n’a pas su préempter. Face à la nécessité pour le PS d’échapper au fiasco pour exister dans ces présidentielles, c’est malgré tout la fébrilité qui a dominé. La peur de faire un faux pas étant plus forte. Pas de grands gagnants mais pas de perdants non plus.

Hidalgo frappe fort sur Hollande, Valls et Macron et réaffirme son soutien à Peillon

Un véritable panier de crabes

Hidalgo frappe fort sur Hollande, Valls et Macron et réaffirme son soutien à Peillon

Alors que l’échéance de la primaire à gauche se rapproche à grands pas, la campagne se transforme peu à peu en combat de coqs dans un panier de crabes où chacun essaie de placer ses pions. Anne Hidalgo, maire de Paris, ne déroge pas à la règle. Avec 2022 en ligne de mire, elle mise sur un candidat à la fois proche de ses idées, « un-peu-à-gauche-mais-pas-trop », mais qui n’incarne pas (complètement) l’échec du quinquennat Hollande : Vincent Peillon, ancien ministre de l’Education.

Fillon, la réaction chevillée au corps. Après la Sécu, il s'en prend aux immigrés

Les quotas du racisme

Fillon, la réaction chevillée au corps. Après la Sécu, il s’en prend aux immigrés

Après une entrée en matière offensive par l’attaque en règle de la Sécu qui n’a pas convaincu, Fillon part en recherche de soutiens pour contrer sa chute de popularité. Son cœur de cible pour relancer une campagne moribonde : taper sur les immigrés. En affirmant vouloir réaliser ce que la droite de l’UMP et de LR espère et annonce depuis des années, Fillon entend laisser libre court à tous ses penchants réactionnaires et s’en va chasser directement sur les terres du FN. Quotas, statistiques ethniques, tri des immigrés, remise en question du regroupement familial... bienvenue dans la démagogie réactionnaire !

Après avoir supprimé des lits, Marisol Touraine veut reporter des opérations pour soigner la grippe.

Le secteur Santé poussé à bout

Après avoir supprimé des lits, Marisol Touraine veut reporter des opérations pour soigner la grippe.

La grippe est une maladie récurrente qui touche en moyenne 2,5 millions de personnes chaque année en France. C’est loin d’être une situation inédite ou imprévisible. Pourtant, Marisol Touraine mine d’être prise de court. Et en guise de solution, après avoir supprimé les lits en hôpitaux et saigné les effectifs, la ministre des Affaires sociales et de la Santé propose de ... reporter des opérations jugées "non urgentes " !

 Tribune du 'Monde'. « Cachez cet ouvrier que je ne saurais voir », nous dit leur démocratie

Elections #2017PoutouDoitenÊtre

Tribune du ’Monde’. « Cachez cet ouvrier que je ne saurais voir », nous dit leur démocratie

La campagne électorale bat son plein et nous apporte chaque jour son lot d’écœurements : surenchère identitaire, programmes réactionnaires porteurs de régressions et de violence sociales, projets d’austérité toujours plus écrasante et de précarité généralisée. Quelques mois après la puissante mobilisation contre la loi « travail », la plupart des candidats rivalisent pour aller encore plus loin dans les attaques contre les salariés. On ne s’étonnera pas que, dans le cadre de ce système, les deux candidatures anticapitalistes qui le combattent soient systématiquement ignorées et réduites au silence, en particulier dans les médias : celles de Philippe Poutou pour le NPA et de Nathalie Arthaud pour Lutte Ouvrière.

Au Sénat, le PS s'oppose frontalement à l'abrogation de la loi travail

L’initiative fait (encore) tomber le masque

Au Sénat, le PS s’oppose frontalement à l’abrogation de la loi travail

Surfant sur les déclarations de Manuel Valls et Myriam El Khomri sur le 49.3 et sur les positions anti Loi Travail de Benoit Hamon et Arnaud Montebourg, des sénateurs communistes ont proposé un texte en faveur de l’abrogation de la dite loi. La droite n’a pas pris part au vote, et le PS a fait bloc ... pour refuser le texte.

Balkany avoue avoir des comptes offshore. Après Cahuzac, à quand le tour de Balkany ?

Justice de classe

Balkany avoue avoir des comptes offshore. Après Cahuzac, à quand le tour de Balkany ?

« L’homme le plus honnête au monde » pratique les montages financiers. Patrick Balkany dirige la mairie de Levallois-Perret depuis plus de 27ans cumulés, puisqu’il a dirigé la ville de 1983 à 1995 avant d’être battu par le candidat Chirac puis rattrapé par la justice pour « prise illégale d’intérêts » après avoir affecté trois agents municipaux de sa ville à son usage personnel pour entretenir son appartement et sa résidence secondaire, le moulin de Giverny. Il a été condamné à 15 mois de prison avec sursis, 200 000 francs d’amende et deux ans d’inéligibilité. Jérôme Cahuzac a pris 3 ans de prison ferme pour fraude fiscale et blanchiment d’argent début décembre. Ici, c’est le couple Balkany qui aurait oublié de déclarer une partie de son patrimoine au fisc. La justice a déjà saisi trois propriétés, le riad Dar Gyucy, contraction de Gyula, le prénom du père de Patrick Balkany et de Lucy, sa petite fille, la villa Pamplemousse à Saint-Marin et le moulin de Giverny. Accroché à son poste malgré de nombreuses secousses, il a fait des déclarations aux juges qui pourraient bien le précipiter enfin dans une tourmente judiciaire au sujet d’une quatrième villa, la villa Serena.

0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 1410