^

Monde

Le président des capitalistes

Brésil. Les bourses exultent avec Bolsonaro

La bourse de São Paulo a terminé la journée en hausse de 1,14%. L’indice Ibovespa a même dépassé la barre de 89.000 points dans le meilleur moment de la journée, atteignant un record historique qui a coïncidé avec la nomination au Ministère de la Justice du juge Sergio Moro.

Soutenu par le marché international, tous les yeux sont tournés vers le nouveau gouvernement attendant la concrétisation de l’agenda néolibérale d’attaques contre les travailleurs et les privatisations promises par Bolsonaro. Les signaux positifs reflètent les expectatives des capitalistes envers ce gouvernement qui a remporté les élections le plus manipulés de l’histoire récente du pays.

Le jour après la victoire de Bolsonaro, il y a eu une euphorie momentanée dans laquelle l’indice de référence Ibovespa a eu une hausse de 3,1% battant l’ancien record de février, même si au cours de la journée il y a eu une perte de force qui s’est exprimée avec une baisse de 2,24 à la fin accompagnant la baisse américaine.

En effet, depuis plusieurs semaines les marchés envoient des signes positifs à l’égard de Bolsonaro. Cependant, il existe aussi une certaine volatilité qui montre que, malgré l’optimisme envers la nouvelle gestion du pays, les investisseurs restent sur leur garde. Si l’élection de l’ultraréactionnaire Bolsonaro était plus que bienvenue, le nouveau président devra démontrer s’il est capable de faire passer les reformes et privations tant attendus par le marché financier.

En vue de cette situation, le futur ministre de l’économie, le « Chicago boy » Paulo Guedes, s’est pressé de faire signe au marché financier défendant l’indépendance de la Banque Centrale et en disant que le Mercosur ne sera plus une priorité pour le gouvernement Bolsonaro. Dans une interview accordé récemment, il disait que le Brésil « est devenu prisonnier des alliances idéologiques » et que cela était mauvais pour l’économie. Et cela va à l’encontre de l’agenda néolibéral de Bolsonaro et Guedes et de la soumission aux intérêts des puissances impérialistes, s’attaquant aux travailleurs et resserrant les liens avec les Etats-Unis.

Bolsonaro s’est également prononcé affirmant son engagement avec le paiement de la dette publique et que la réforme des retraites est une des priorités de son gouvernement, mais qu’il soutient l’approbation d’une partie du projet de réforme de Temer qui est déjà en discussion au Congrès. En plus de la reforme des retraites, on attend à ce qu’il mette en place son plan économique centré sur les contrôles des dépenses et les privatisations.




Mots-clés

Présidentielle 2018 au Brésil   /    Crise au Brésil   /    Brésil   /    Monde