Révolution Permanente N° 1

RP01 - Juin 2011 - 58 pages 2011-06-08 Un nouveau "printemps des peuples" Le vent de révolte traverse la méditerrannée

«  Les révolutions appartiennent au passé », voilà une idée plus que répétée, y compris dans la gauche «  radicale ». Une idée qui a pour seul défaut d’être une négation de la réalité contemporaine. Il est toujours extrêmement désobligeant de voir les affirmations les plus solidement établies démenties sous les coups des peuples. Le CCR se construitsur le constat que le capitalisme est plus fragile qu’il ne le donne à penser. Son histoire a prouvé qu’il ne se réformait – sous pression – que pour mieux restaurer l’injustice et la guerre. Être communiste et révolutionnaire c’est donc pour nous être cohérent et conséquent. Ce premier numéro de la revue Révolution Permanente a donc tenu à accorder une place centrale à la vague de processus révolutionnaires en cours dont Quatorze thèses sur le printemps arabe (p.5) esquisse un premier bilan. Malgré les efforts de la contre-révolution et l’intervention impérialiste en Libye le vent de la révolte semble avoir traversé la Méditerranée pour s’installer dans l’État espagnol, avec l’impressionnante mobilisation de la jeunesse qui fait l’objet d’un dossier spécial (p.16). Ce vent de révoltes nous rappelle qu’en France, malgré les attaques continues notamment contre la Santé (p. 36), le tassement apparent dans certains secteurs stratégiques du monde du travail comme l’automobile (p. 38) ou encore la sur-médiatisation de l’affaire DSK (p. 33), la situation ouverte par l’automne est toujours présente, promettant de nouvelles perspectives de combats de classe à l’avenir, comme nous tentons de démontrer dans l’article «La permanence de la crise sociale de cet automne sur la scène politique française » (p. 27).

Dans le Parti