Politique

Entre revendications salariales et retrait de la loi travail

Grève illimitée chez Amazon. Le conflit s’étend encore dans le privé !

Publié le 26 mai 2016

Ce mercredi, trois des quatre sites français du groupe de distribution en ligne américain Amazon ont voté une grève illimitée. Le mouvement concerne des revendications salariales et exige le retrait de la loi travail.

Karel Venuvitch

C’est à l’appel de la CGT que les travailleurs des sites de Douai (Nord), Montélimar (Drôme) et Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) se sont respectivement réunis en Assemblée Générale. Selon le syndicat, la direction a « suspendu » les négociations annuelles obligatoires (NAO) après une proposition de 0,5 % d’augmentation générale, soit 8,13 euros brut par mois alors que, dans le même temps, la CGT revendiquait 200 euros pour tous les salariés. Pendant ce temps, ce sont les actionnaires et les patrons d’Amazon qui se régalent avec l’excellent chiffre d’affaire réalisé par l’entreprise américaine, qui a progressé de 28 % au premier trimestre (soit 29,1 milliards de dollars contre 28 attendus). Ainsi, le bénéfice net a atteint 513 millions de dollars.

Mais les assemblées générales de travailleurs ne se sont pas arrêtées aux questions salariales spécifiques à Amazon. En effet, ces revendications ont été liées à la question de la loi travail. C’est ainsi que la grève à Amazon inclut dans ses revendications le retrait de la loi travail, rejoignant dans la lutte la jeunesse, les cheminots, les raffineries et l’ensemble des secteurs actuellement mobilisés. La machine est en route et la grogne s’étend à tout un ensemble de secteur pour faire plier le gouvernement.

partager

Mots-clés