Politique

La détermination au rendez-vous malgré la répression

Marseille. Après le 49-3, le rassemblement se transforme en manifestation

Publié le 12 mai 2016

Sur fond de très forte présence policière, à Marseille ce sont près de 2000 personnes qui ont manifesté pour continuer à affirmer leur détermination à exiger le retrait total de la loi Travail. Alors qu’un simple rassemblement était prévu au vieux port, c’est finalement sur le parcours habituel que jeunes, étudiants, et travailleurs ont manifesté contre Hollande, sa loi Travail et son passage en force par le 49-3.

Correspondants

Après l’usage de l’arme des plus anti-démocratiques, le 49.3, sortie par Valls pour faire face à son opposition interne, 200 personnes, et Nuit Debout, s’étaient déjà mobilisés, comme partout en France, le 10 mai devant l’antenne locale du MEDEF, drapeaux CGT et FSU au vent.

Après le 49.3 et le passage en force du gouvernement, ce 12 mai revêtait donc un caractère tout particulier. L’intersyndicale (CGT,FO, FSU, Solidaires, Unef, Fidl, UNL) appelaient à une journée de manifestation et de grève. « Au départ, il devait y avoir des initiatives diverses mais finalement, il y aura davantage de manifestations que prévu », indiquait Fabrice Angéi, de la CGT du Var.

Pour accueillir les cortèges de la CGT, SUD, FO, et du NPA, une très forte présence policière, notamment de CRS armés de flashball, et des fouilles systématiques avant l’arrivée au point de rendez-vous. « Les foulards étant confisqués, une façon d’affirmer aux manifestants, que le prix à payer pour manifester est d’inhaler les nombreux gazages des forces de répressions », affirmait un manifestant.

La forte présence policière, tout au long du cortège, pour arriver à Castellane, ou toutes les issues étaient fermées et le cortège encerclé, pour finir par des gazages devenus « routiniers », depuis le début de la mobilisation. Malgré que le nombre de manifestants soit en baisse, la détermination est toujours là, mais c’est bien autour du 17 mai que les choses pourraient bien se corser.

« On se concentre sur cette journée, il y aura dans la foulée plusieurs mouvements de grève de toute la pétrochimie sur Berre et le golfe de Fos » souligne Julien Granato de la CGT Total La Mède. Marseille et son avant-garde restent clairement déterminés à faire mentir Hollande et sa provocation du 49-3, pour exiger dans la rue le retrait total de la loi Travail.

partager

Mots-clés