^

Politique

Droitisation

Élection de Wauquiez : à droite toute pour siphonner le FN

Dimanche dernier, sans surprise, Laurent Wauquiez a brigué la tête des Républicains avec plus de 74% des voix, un score qui lui assure la légitimité pour mener les Républicains où il l’entend. Ancien député-suppléant de centre-droit proche de Jacques Barrot (démocrate chrétien), passé par le sarkozysme et par le gouvernement Fillon, le nouveau président de LR entend mettre un coup de barre à droite pour se différencier d’Emmanuel Macron.

« La droite est de retour  » a ainsi affirmé le nouveau président des Républicains, et pas n’importe quelle droite, « la droite vraiment de droite ». Pourfendeur du « cancer de l’assistanat », soutien actif de la Manif pour Tous, l’homme qui plaît tant à Marion Maréchal-Le Pen défend une ligne identitaire, nationaliste et eurosceptique.

Après l’exclusion du parti, fin octobre, des membres des Constructifs, groupe de parlementaires de centre-droit pro-Macron, et des membres du gouvernement Macron issus de LR, il devrait avoir toute la latitude pour poursuivre la droitisation de son parti.

Le but de cette opération est clair. Bien plus que « l’amour charnel de la France », c’est l’ambition d’attirer à lui une partie des électeurs du FN afin de triompher face au « progressisme » (sic) de Macron qui anime Laurent Wauquiez. S’il s’interdit toute alliance avec le FN, personne n’est dupe de sa stratégie visant, comme l’avait fait Sarkozy en 2007, à gagner à lui des électeurs d’extrême-droite pour remporter la présidentielle en 2022.

D’ici là, Laurent Wauquiez pourrait perdre une partie des Républicains qui, comme D. Bussereau, A. Juppé ou J-P Raffarin, exige de Wauquiez qu’il s’engage à ne pas se rapprocher du FN et à maintenir un engagement européen sans faille, et pourrait se poser à court-terme la question du ralliement à Emmanuel Macron. Xavier Bertrand a d’ores et déjà annoncé qu’il quittait LR suite à l’élection de Wauquiez, sans toutefois rejoindre En Marche.

De toute façon, avec un score et une participation aussi importante, Wauquiez semble disposer d’une marge de manœuvre conséquente. Une chose est donc sûre, la recomposition politique des républicains marque un net virage à droite, expression de la polarisation croissante du champ politique.




Mots-clés

Laurent Wauquiez   /    Les Républicains   /    Politique