Culture et Sport

« ce qu’on vous montre et ce qu’on ne vous montre pas »

Exposition Hergé au Grand Palais : le passé nazi et antisémite du papa de Tintin totalement effacé

Publié le 18 octobre 2016

Depuis le 28 septembre jusqu’au 15 janvier 2017 se tient au Grand Palais une exposition très médiatisée sur « L’un des plus grands artistes contemporain », « visionnaire » à en croire les organisateurs de l’exposition, mais aussi les articles parus dans la presse. Des dizaines de milliers de visiteurs « de 7 à 77 ans » font des heures de queue pour revivre les aventures qui ont bercé leur enfance. Il convient cependant de revenir sur le personnage de Georges Rémi, alias Hergé, sur ses engagements politiques, ses liens concrets avec le nazisme, face à ceux qui voudraient faire croire que ce ne sont que de simples « erreurs de jeunesse » vite transcendées par un universalisme présent dans toute son œuvre.

Grosz

CE QU’ON VOUS MONTRE

 

Grande fresque censée montrer « l’universalisme » d’Hergé, partisan de l’amitié entre toutes les « races » (et même les yétis). Caricature volontairement ridicule de l’enfant noir et de la femme portant une pancarte « Pour la libération de la femme ». Chassez le naturel…

Commandé en 1929 à son ami Hergé par l’abbé Wallez, maurassien, antisémite, admirateur de Mussolini et directeur du journal d’extrême droite « Le petit vingtième », « Tintin au pays des soviets » est produit dans la période du stalinisme triomphant. Les crimes de la bureaucratie stalinienne, dont le bruit se répand dans le monde entier sont ici mis au compte du bolchevisme  ». Les faits décrits dans cet album sont directement tirés du torchon anticommuniste de Joseph Douillet, ancien consul de Belgique à Rostov sur le Don. Le principal grief de ce dernier vis-à-vis des bolcheviques était d’avoir réuni « avec une préméditation immorale les deux sexes dans leurs écoles ».

CE QU’ON NE VOUS MONTRE PAS

 

En 1932, lors des élections législatives en Belgique, Hergé fournit à son ami Degrelle, candidat du Parti Catholique, une affiche ignoble montrant une tête de mort munie d’un masque à gaz avec comme légende « Contre l’invasion, votez pour les catholiques ».

Hergé antisémite

 
Extrait de l’album « L’étoile mystérieuse », version 1942.

Dans la version de 1954, les 2 caricatures antisémites ont disparu.
Pendant l’occupation de la Belgique par les nazis, Hergé intègrera l’équipe de rédaction du journal, devenu collaborationniste, « Le soir » de Raymond De Becker, rebaptisé « Le soir volé » par les antinazis belges. Grâce à la publication des épisodes de TINTIN, devenus très populaires, ce quotidien pronazi tirera jusqu’à 300.000 exemplaires.

En camouflant, minimisant, l’idéologie xénophobe et raciste d’Hergé cette exposition a une fonction : permettre que celle-ci continue d’empoisonner les jeunes de 7 à 77 ans.