^

Notre classe

Licenciements massifs

La crise du groupe Ericsson continue : 25 000 suppressions d’emplois prévues

L’entreprise suédoise de télécommunications a annoncé qu’elle envisageait de supprimer 25 000 emplois au niveau mondial, c’est-à-dire un quart de sa main-d’oeuvre.

Les ennuis des salariés d’Ericsson n’ont pas commencé récemment. L’entreprise avait supprimé 2200 emplois en Suède début 2015 principalement dans la recherche et le développement. Un an plus tard, l’entreprise prévoyait de supprimer 3000 emplois supplémentaires, cette fois-ci au niveau de la production, en réponse à une chute de 26% de ses bénéfices en une année. Effectivement, 2016 était la troisième année consécutive de baisse de ses ventes.

En juillet dernier, le groupe a de nouveau annoncé de mauvais résultats, ce qui s’est répercuté dans les marchés européens. Ainsi, le CAC 40 avait perdu plus de 1% mardi 18 juillet suite aux annonces. Le constructeur de téléphones portables suédois met l’accent sur la très forte concurrence dans le secteur, où le finlandais Nokia et le chinois Huawei dominent. De la même, les marchés émergents, qui autrefois concentraient les espoirs des capitalistes, se sont montrés moins attractifs que prévu. Ces annonces sont aussi révélatrices du fait que, dix ans après le début de la crise, l’économie mondiale n’a pas trouvé de le niveau de croissance du passé et que la série de restructurations dans les principaux groupes capitalistes n’a pas prévu de cesser, toujours au détriment des salariés qui sont encore une fois la principale variable d’ajustement pour les capitalistes qui n’hésitent pas à mettre des dizaines de milliers de salariés au chômage pour conserver leurs profits.




Mots-clés

Licenciement(s)   /    Notre classe