^

Culture et Sport

Une convergence qui inspire

La lutte des GM&S racontée en bande dessinée par une étudiante solidaire

A 19 ans, Margaut Shorjian commence tout juste ses études d'illustration à l'école Estienne à Paris. « Politisée à gauche » depuis son jeune âge, elle essaie, quand elle peut, de mettre sa créativité au service de son militantisme naissant.

Quand elle a appris la situation des ouvriers de GM&S, Margaut a ressenti une « profonde injustice », face à « une liquidation politique programmée par des patrons voyous et des clients complices ». C’est pendant la manifestation du 1er mai à Paris qu’elle rencontre un cortège d’étudiants militants au NPA et à Révolution Permanente, qui partagent son indignation. Alors qu’une délégation s’organise pour aller soutenir les ouvriers de GM&S au rassemblement national du 16 mai à la Souterraine, elle décide de les accompagner. Elle souhaite ainsi « échanger avec les travailleurs, avoir un point de vue différent de celui des médias libéraux, et affirmer notre solidarité ».

Après cette première expérience réussie, une deuxième rencontre étudiants-travailleurs s’organise le 29 juin à l’usine de GM&S, à la veille de l’annonce de la liquidation. Margaut est à nouveau de la partie. A l’issue de cette journée haute en émotions, elle témoigne : « La rencontre a été extrêmement éclairante sur la situation, et sur le vécu des ouvriers ». A son retour à Paris, elle décide de retranscrire les moments forts de la lutte en bande dessinée : « Je voulais, dans la mesure de mes moyens, relayer ce que j’ai entendu là-bas ».

Propos recueillis par Flora Carpentier









Aimer la page Facebook de Margaut Shorjian




Mots-clés

GM&S   /    Grève   /    Automobile   /    Culture et Sport