^

Culture et Sport

Interview. Un peu de musique

Le cri ironique de Captain Simard : « Vive la France ! C’est l’état d’urgence »

Propos recueillis par Philippe Alcoy

« Je voudrais qu’on ait une pensée pour les victimes des attentats et puis je voudrais aussi qu’on ait une pensée pour les victimes des flics, qui sont en train de manifester en ce moment même contre l’état d’urgence ». C’est avec ces mots que Captain Simard commence sa nouvelle chanson « Vive la France ! C’est l’état d’urgence », remplie d’ironies et de dénonciations des conséquences du tournant sécuritaire du gouvernement.

« Faut pas sortir, faut avoir peur, supprimer l’happy hour… Vive la France ! C’est l’état d’urgence ». C’est clair. « Ils ont mis des agents. Ici, là-bas, tout le temps. Pour faire peur aux méchants même s’ils font semblant. Il faut les accepter, c’est la sécurité. Faut se prêter aux fouilles, se laisser pétrir les couilles ; enlever son manteau pour aller au boulot, et puis vider son sac pour se rendre à la fac. Et se déshabiller pour aller au musée, encore le toucher rectal avant d’aller au bal. Vive la France… ». L’ambiance est décrite.

Nous avons alors interrogé cet artiste, venu du Rock and roll et du Free Jazz qui, avec ironie et satire, sait se moquer en chanson des puissants, des racistes, des homophobes…

{{}}

Pourquoi as-tu écrit « Vive la France ! C’est l’Etat d’urgence » ?

Depuis les attentats du 7 janvier contre la rédaction de Charlie Hebdo, nombre de chansons-hommage plus ou moins mal embouchées ont tenté de faire état d’un consensus qui règnerait en France autour d’une pseudo "unité nationale". Or, et à plus forte raison depuis les attentats du 13 novembre, il me semble que le pays est plus que jamais divisé, et que les clivages sociaux, religieux, culturels, etc. s’accentuent. Car derrière les discours qui fusent de toutes parts, la peur se fait sentir chez bon nombre de nos concitoyens, et il m’a semblé utile d’écrire une chanson pour alerter sur cet état de fait, et rappeler qu’en des temps aussi troubles, la vigilance est de mise si nous ne voulons pas basculer dans l’absurdité. L’état d’urgence - mesure exceptionnelle qui l’est de moins en moins - m’apparait comme un cadre propice à des dérives en tout genre et de toutes parts, qui ne pourraient être que nuisibles. Il est certes nécessaire de nous donner les moyens de lutter contre le terrorisme, mais ne nous trompons pas d’ennemi.

Tu as écrit une chanson sur la « Manif pour tous » ou encore « Ça nettoie » où tu abordes le sujet des sans-papiers. Tu penses qu’en tant qu’artiste il est important d’aborder aussi des sujets d’actualité dans tes chansons ?

J’écris des chansons "à texte" sans doute plus satiriques qu’engagées- en cela elles peuvent être vues comme provoc’ mais il me semble qu’il est important de secouer les consciences sur des sujets que l’on aurait plutôt tendance à aborder de manière consensuelle. A travers des thèmes d’actualité (Charlie Hebdo, La Manif pour tous, les sans-papiers...), j’essaie de décrire des comportements et des travers que nous avons tous eu le temps d’observer depuis des lustres en France comme à l’étranger. Mais à l’heure des médias à outrance et des supermarchés, je trouve cela salutaire de chercher à préserver une certaine forme de chanson populaire au rang d’art "de proximité" - en parlant sans détour aux gens de ce qu’ils vivent au quotidien, et en les faisant rire et chanter grâce à cela. Et si au delà du moment musical une chanson est parvenue à "décoincer" les esprits, c’est gagné !

Tu sors un album ? On peut aller te voir sur scène ?

Je viens de sortir un disque « Capitaine Simard en concert ». Je jouerai le 25 février prochain dans Le Clin’s (49 rue Pixérécourt), dans le 20e arrondissement de Paris.

Vidéo :




Mots-clés

Musique   /    Etat d’urgence   /    Attentats à Paris   /    Culture et Sport