^

Notre classe

Avec Macron ça sera pire !

Les conséquences de l’austérité dans le Travail social

Le travail social est dans une période de mutation. On le voit avec les différentes mesures prisent dans certains départements comme le Maine-et-Loire. Les politiques austéritaires de Macron concernant le service publique iront en accentuant le manque de moyens et de personnels.

Etat des lieux

Lorsque les départements, responsables de la protection de l’enfance, prennent des mesures dans des logiques de rentabilisation de l’accompagnement des jeunes placées ou suivis, il est important de se poser les bonnes questions. Comment accompagner, avec moins de moyens, des jeunes qui sont fragilisés par leur histoire ? Ces jeunes qui ont besoin d’un accompagnement de chaque instant. Avec moins de personnel, dans des institutions où la violence est souvent très présente. Moins de personnel pour plus de jeunes à encadrer, évidemment afin de « réaliser des économies. »

Dans cette situation, la question de l’accompagnement d’un public vulnérable et celle des conditions de travail des professionnels de terrain sont intimement liées. Il est logique de penser que les conditions de travail, malmenées par l’austérité, auront forcément un impact sur leur manière de travailler des professionnels. Cette mutation va créer un nivellement vers le bas, dans un contexte où les lanceurs d’alerte au sein des institutions sociales et médico-sociales n’ont jamais été aussi nombreux.

La réforme des diplômes, un nivellement par le bas pour un accompagnement au rabais

La réforme des diplômes s’inscrit dans une logique de nivellement vers le bas. Tout est cohérent lorsqu’il s’agit de faire des économies. Les équipes de terrains seront modifiées sous prétexte d’une meilleure reconnaissance d’un métier par rapport à un autre. Dans la hiérarchie des diplômes, un éducateur spécialisé ou un assistant de service social est reconnu diplôme de niveau 3 (Bac+2) alors qu’il nécessite 3 ans d’études. Un chef de service (CAFERUIS ) reconnu de niveau 2 et statut de cadre. Leur but avec cette réforme, c’est durant la formation, moins de terrain, plus de théorie et une reconnaissance des diplômes d’éducateur de niveau 2. Sur le terrain les éducateurs feront fonction de cadre sans en avoir le statut et les professionnels auprès des personnes seront des Accompagnants éducatif et social, diplôme de niveau 5 (équivalent CAP) ce qui n’est pas une formation adéquate.

Les travailleurs sociaux et la classe ouvrière

Bien que l’austérité ne cesse de dégrader les conditions de travail, une conscience de classe est en train d’émerger au sein du travail social, différentes grèves et manifestations ont déjà eu lieu depuis près d’un an. La conscience est importante pour bien comprendre qui est notre adversaire dans cette situation. Ce sont bien les logiques capitalistes qui tendent à faire des économies en dépit des personnes vulnérables et des travailleurs sociaux. Qui pour faire passer ces mesures essaie de diviser les exploités pour reporter la faute sur les uns ou les autres. Travailleurs et public vulnérable, enfant de l’ASE ou de la rue, personnes en situation de Handicap ou malade, Famille précaire, étrangers isolés, Nous appartenons à la même classe celle des exploités !




Mots-clés

Secteur social   /    Grève   /    Notre classe