Politique

Manifestation de solidarité avec les migrants. "L’Etat d’urgence pour qui ?"

Noël Mamère contre l’interdiction de la manifestation parisienne instaurée par le gouvernement

Publié le 22 novembre 2015

Après l’interdiction de la manifestation parisienne de dimanche en solidarité avec les migrants par la préfecture de police, nous reproduisons ci-après la déclaration de Noël Mamère et de Sergio Coronado.

L’Etat d’urgence pour qui ?

La préfecture a décidé d’interdire la manifestation appelée en solidarité avec les réfugiés et les migrants le 22 novembre 2015. Elle autorise par contre l’ouverture des Centres commerciaux ce même dimanche. Quelle est la raison de ces décisions ? Comment supposer qu’une manifestation pacifique de solidarité est plus menacée par l’action des terroristes qu’un centre commercial ou un marché de Noël aux Champs Elysées.

Nous dénonçons cette interdiction contre une manifestation de soutien à des êtres humains qui ont fui la violence et la guerre et qui ont connu parfois à une tout autre échelle vécu ce que nous avons subi le 13 novembre à Paris.

Certaines organisations ont décidé de maintenir cet appel à manifester. La responsabilité des pouvoirs publics, et en particulier celles de la préfecture et du Ministère de l’Intérieur, se trouverait directement en cause en cas de troubles à l’ordre public. La limitation de la liberté d’expression fait le jeu des ennemis de la démocratie et de la liberté.

partager

Mots-clés