^

Culture et Sport

Camarade bourgeois, camarade fils à papa…

Renaud, un loubard (de plus) qui roule pour Macron

Crédit Photo : NIVIERE / SIPA Doigt d’honneur brandi, sweat à capuche logo pirate, et la gueule qui dit merde à la caméra, c’est ainsi que Renaud, l’éternel rebelle qui a passé l’arme à droite, a annoncé son soutien à la candidature d’Emmanuel Macron sur Twitter.

Le virage droitier de Renaud Séchan ne date pas d’hier. Ses engagements soixante-huitards de jeunesse, tout comme son ralliement à la candidature de Mitterrand en 1981, sont déjà loin derrière lui lorsqu’en 2005, il fait campagne en faveur du « oui » pour la constitution européenne. Mais c’est un nouveau cap qu’il a passé ces dernières années. En avril 2016, face aux trahisons du gouvernement socialiste, Renaud pousse une gueulante - « plus jamais je ne voterai socialiste  »- pour mieux annoncer son soutien à Fillon. «  C’est un parfait honnête homme, un vrai républicain  » disait-il à l’époque…

Aujourd’hui, le vent a tourné pour Fillon, et Renaud rempile pour Macron, «  le seul qui me paraît intègre, le seul sans parti, le seul sans casserole au cul  », en reprenant les mêmes justifications. Il est loin le temps où Renaud utilisait « [sa] guitare, [sa] poésie et [ses] mots pour fustiger tous les blaireaux  ».

Après avoir chanté « embrassé un flic », Renaud dégaine l’argument du « vote utile » face au FN, en oubliant au passage que la politique d’Hollande dont il se disait dégouté, celle en partie responsable de la montée du FN, c’est également celle d’Emmanuel Macron, celle que rejoint Valls, et tous les cadors de la droite républicaine et du PS. A force de retourner sa veste, Renaud a finalement bel et bien rejoint les « 500 connards sur la ligne de départ  »…




Mots-clés

Présidentielles 2017   /    Emmanuel Macron   /    Musique   /    Culture et Sport