^

Genres et Sexualités

Solidarité avec Emilie !

Transphobie. Violente agression à Paris

Dans une société stigmatisante où il est difficile, voire impossible, de choisir sa propre sexualité, de vivre son propre genre, la haine de celui qui est différent et ses manifestations ne peuvent rester sous silence. Les combattre c’est commencer aussi à penser une autre société sans haine, ni mépris, et au désir libéré.

C’est le 5 avril qu’Emilie Daubry, militante et responsable nationale de l’association nationale transgenre, s’est faite agresser pour son identité de genre. En traversant la rue devant le centre où Emilie assure habituellement une permanence d’écoute, elle se fait presque renverser par un motard : de peur, elle l’insulte. Celui-ci s’arrête alors et se rendant compte que la personne qui le reprend sur sa façon de conduire est transgenre se défoule alors sur elle. Il commence par l’insulter d’injures transphobes puis la pousse violement avant lui asséner un énorme coup de poing au visage. Emilie est à terre et alors qu’il s’apprête à la rouer de coups les clients du café s’interposent et mettent en fuite le motard qui durant tout le temps n’a cessé de garder son casque.

Une fracture du nez, des hématomes, des douleurs aux cervicales qui imposent le port d’une minerve. L’homme au casque s’est défoulé sur Emilie. Pourquoi ? Pour dire qu’il n’était pas d’accord ? Pour dire qu’il ne comprenait pas ? Parce qu’Emilie ne correspondait pas à son petit et malheureux schéma binaire de façon de penser ? Les violences transgenres sont courantes. Emilie le signale d’ailleurs : elle a l’habitude des violences verbales. Le schéma que ce motard avait dans sa tête ce jour- là et sans doute les autres jours, c’est malheureusement le schéma dominant d’une société patriarcale, brutale, qui force à penser des rapports de domination sexués, genrés, binaires et ce, au quotidien. Emilie, de par son militantisme, a eu le courage de dénoncer cela tout comme il y a quelques semaines Zak Ostmane Militant LGBTI agressé à Marseille. Ceux qui osent dénoncer ces violences, ces lanceurs d’alerte de la violence et de la haine quotidienne nous aident à penser aux combats à mener et à prendre en charge pour changer de société.




Mots-clés

discrimination   /    LGBTQI   /    Genres et Sexualités