^

Genres et Sexualités

Homophobie

Trois jours avant la Marche des Fiertés, Philippe fait entrer au gouvernement deux opposants au mariage pour tous

Macron et le premier gouvernement Philippe nous avaient déjà bien fait comprendre leur peu de sensibilité aux droits LGBT en intégrant Gérard Darmanin, opposé au mariage pour tous, au poste de Ministre de l'Action et des Comptes publics. Ils persistent et signent avec le gouvernement Philippe 2, et deux autres nouveaux ministres.

« Ni de droite, ni de gauche », mais bien aimable avec ceux qui défendent des positions ouvertement réactionnaires, voilà la logique de Macron et Philippe pour constituer leurs gouvernements. Avec Gérard Darmanin, nouveau ministre qui avait publiquement soutenu la Manif pour tous et d’autres idées de ce genre, on pensait avoir tout vu. Mais ce deuxième gouvernement Philippe nous réservait la rencontre avec deux autres opposants au mariage pour tous, Jacqueline Gouraud (Modem), nommée ministre auprès du Ministre de l’Intérieur, et Jean-Baptiste Lemoyne (apparenté LR), secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Sénatrice de Loir-et-Cher et fidèle de François Bayrou, la nouvelle ministre s’était opposée au texte de loi et avait voté contre au Sénat « pour des raisons d’éducation et de culture ». Elle aurait souhaité qu’« une solution plus apaisante » soit trouvé. Autrement dit, pour Jacqueline Gouraud, l’égalité des droits et la lutte contre les discriminations ne sont pas dans sa « culture » !

Jean-Baptiste Lemoyne, quant à lui, avait été plus concret, en affirmant qu’il allait falloir réécrire la loi Taubira. Plus encore, il n’avait pas hésité à soutenir « Sens commun », ce groupe de droite né du mouvement d’opposition au mariage pour tous, opposé au délit d’entrave à l’IVG, à l’adoption par des couples du même sexe ou encore à la PMA, et attaché aux valeurs de la « famille traditionnelle », mais aussi favorable à un durcissement des conditions d’accès à la nationalité française et à la suppression du droit du sol. Mais pour Jean-Baptiste Lemoyne, « c’est génial ! »

Ce second tweet le montre par ailleurs adepte de blagues du meilleur goût, niant purement et simplement les discriminations et violences vécues au quotidien par les LGBTI en France.

Hasard de calendrier, ou prise de position ? Il n’en reste pas moins que ces deux nominations, à la veille de la grande Marche des Fiertés de Paris ne peut que témoigner à nouveau que derrière ses vagues promesses et son affichage « gay friendly », Macron fait d’ors et déjà alliance avec ceux qui ont défilé pendant des mois contre l’égalité des droits en 2013 et 2014, que ceux-ci ont leurs armes, mais que nous avons les nôtres : notre unité, et notre détermination à nous battre contre tous ces réactionnaires « ni de droite ni de gauche » !




Mots-clés

Édouard Philippe   /    homophobie   /    Genres et Sexualités