^

Monde

Après Charlottesville

Trump en meeting à Phoenix en terrain conquis après les manifestations néo-nazies

Après les événements de Charlottesville, ses déclarations polémiques et l’annonce du maintien et de l’envoi de nouvelles troupes en Afghanistan, Trump se paie un détour en terrain conquis pour s’assurer d’un soutien indéfectible de la part de son électorat.

Nouvelle polémique après la manifestation néonazie de Charlottesville

Donald Trump n’a pas manqué de faire parler de lui après ses déclarations polémiques à propos des affrontements entre néonazis et contre-manifestants qui ont fait un mort dans les rangs de ces derniers après qu’un militant nazi a foncé dans la foule avec sa voiture. Ses multiples saillies ont à chaque fois un double effet : conforter une base sociale et électorale friande de ces provocations et accentuer davantage l’hostilité des autres camps à son égard. Pas étonnant que Trump soit allé se refaire une santé dans l’un de ses fiefs après le tollé subi. Le président américain s’en est donné à cœur joie pour fustiger allègrement les grands médias et les élites, déployant une fois encore la rhétorique ultra-démagogique de sa campagne comme un deus ex machina salvateur. L’hostilité radicale dont Trump peut faire preuve à l’encontre de pans entiers des médias et d’une partie du grand patronat, alors qu’il est lui même homme d’affaire et homme médiatique, rappelle la profondeur de la crise politique et sociale qui sévit aux Etats-Unis et qui a pour effet notable de dresser des factions les unes contre les autres au sein même de l’administration américaine.

Derrière Charlottesville , la « normalisation » de l’administration Trump et la défaite de son aile droite

L’élection de Donald Trump a été le signe d’une fracture relativement profonde dans le système bipartite américain. Sa rhétorique provocatrice a été sa marque de fabrique et fonctionne maintenant comme un cri de ralliement pour une base électorale qui n’a pas fait défection. En effet, malgré les nombreux reculs et revers de Trump vis à vis de son programme, les fidèles font bloc derrière le président. Ce meeting de Trump intervient peu après la décision de maintenir les troupes américaines dans le bourbier afghan, question centrale de la campagne de Trump axée autour de l’isolationnisme et de la doctrine de « l’Amérique d’abord ». Or le limogeage de l’éminence grise Steve Bannon et la « normalisation » de la politique internationale de l’administration Trump pourraient sonner comme un camouflet aux oreilles d’un électorat conquis par l’annonce d’une transformation radicale de la politique internationale. La solidité de la base électorale de Trump apparaît aujourd’hui comme l’atout maître de son gouvernement qui vogue à vue de crise en crise depuis son élection. La question qui se pose à présent est de savoir combien de temps vont pouvoir durer encore ces bras de fer et ces guerres intestines qui plongent leurs profondes racines dans le discrédit qui frappe le système électoral américain.

Crédits photos : @ Ralph Freso / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP




Mots-clés

Donald Trump   /    Etats-Unis   /    Monde