^

Jeunesse

La jeunesse se met en branle

Université Paris 3. Reconduction du blocage et appel à rejoindre les gilets jaunes

En Assemblée Générale, autour de 400 étudiants et enseignants de l’université Paris 3 se sont montrés déterminés à se battre contre la hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers et leur ralliement à la colère des Gilets Jaunes dans un contexte de mobilisation nationale.

Nous pouvons le voir aujourd’hui encore, le titre chaleureux du projet « Bienvenue en France » n’a trompé personne. Réunis en assemblée générale, les étudiants de Paris 3 (qui accueille autour de 30% d’étudiants étrangers, et jusqu’à près de 50% en doctorat) ont à nouveau dénoncé la politique « raciste et injuste » du gouvernement qui prévoit une augmentation démentielle des frais d’inscription pour les étudiants non-européens (de 170 à 2770 euros en licence, 243 à 3770 euros en master, et de 380 à 3770 euros en doctorat).

La direction de l’université a voté une motion en Conseil d’Administration en s’opposant à cette hausse des frais d’inscription. Cependant, le président de l’université ainsi que certains enseignants ont tenté de « convaincre » les étudiants de ne pas reconduire le blocage. Pour cela ils ont eu recours à la culpabilisation et l’inquiétude des étudiants, les invitant à « être responsables » à l’approche des partiels, notamment pour ne pas pénaliser ces mêmes étudiants étrangers qui sont attaqués aujourd’hui.

Mais les étudiants et étudiantes ont démontré une grande détermination. Certains ont pris la parole pour affirmer : la responsabilité est à la construction d’une mobilisation massive de la jeunesse pour stopper cette mesure qui empêcherait un grand nombre de jeunes étrangers d’accéder à l’université. Retournant contre la présidence de l’université ces appels à la responsabilité, les interventions suivantes demandent d’ailleurs à la direction de la fac de mettre en place des mesures concrètes pour permettre de se mobiliser (notamment en prenant à leur compte un emménagement des examens) et de gagner face à cette politique de sélection et de privatisation des universités.

La mobilisation des Gilets Jaunes, dont la colère s’exprime depuis plusieurs semaines, a aussi été très souvent évoquée et massivement soutenue, conduisant à un appel à constituer un large cortège étudiant qui rejoindra la manifestation du samedi 8 décembre, ainsi que celle du 13 décembre.

Face à l’urgence de se soulever dans le contexte actuel, le blocage du site Censier a ainsi été maintenu pour mercredi et jeudi, date de mobilisation nationale de la jeunesse, et un départ commun est appelé pour partir en manifestation après l’assemblée générale de jeudi, qui décidera des actions et de la suite du mouvement pour les semaines à venir.

Comme dans de nombreuses universités parisiennes, et aux cotés des lycéens de plus en plus combatifs, le climat est à la détermination : après la loi ORE et Parcoursup, et à la perspective de la précarité qui les attend à la fin de leurs études, il n’est plus question pour les jeunes de se laisser faire, « ce sont nos vies qui sont en jeu ! ».




Mots-clés

Assemblée générale   /    Paris 3   /    Hausse des frais d’inscription   /    Gilets jaunes   /    Jeunesse   /    Jeunesse