^

Société

Merci loi travail...

430 salariés licenciés par SMS

La société Bodyguard a été placée en liquidation judiciaire ce lundi 16 avril. Dans la foulée, c'est par SMS que ses 430 salariés ont appris leur licenciement, sans aucune explication !

« Conformément au jugement du tribunal de commerce du 16/04/2018, nous vous demandons de cesser toute activité à compter de 19 h. Les salaires vous seront versés par l’AGS. La direction ». C’est par ce texto lapidaire que les 430 salariés de l’entreprise de sécurité Bodyguard ont appris leur licenciement, suite au placement au liquidation judiciaire de la boîte. Un traitement inadmissible pour ces travailleurs, alors que rien n’indiquait la cessation d’activité de l’entreprise.

Dès le lendemain, plusieurs d’entre eux ont tenté de se rendre sur place afin de recueillir des informations de la part de la direction. Attendus par les forces de l’ordre, ils n’ont pu obtenir aucune explication sur leur situation face à l’attitude scandaleuse de leur direction, retranchée dans ses bureaux. D’autant qu’il est précisé dans le message que l’AGS (Association pour la Gestion du régime d’assurance des créances des Salaires) prendra en charge les salaires du mois d’Avril, une source d’inquiétude supplémentaire pour les travailleurs, qui craignent de rester impayés.

L’ennui pour ces 430 salariés, c’est que s’il leur a été demandé de cesser toute activité, ils n’ont pour l’heure pas été officiellement licenciés. Ce qui implique qu’ils ne peuvent prétendre ni à l’indemnité de licenciement pour motif économique (comme c’est prévu par le code du travail), ni à la moindre allocation chômage. Plusieurs actions, et notamment un rassemblement à Evry pour protester contre cette décision, ont été organisés tout au long de la semaine. L’affaire a été prise en charge par la justice afin de déterminer les modalités de versement des salaires impayés ainsi que du licenciement des employés.

Et le pire, c’est que Bodyguard n’en est pas à son coup d’essai. L’entreprise, dont le patron se serait exilé au Luxembourg cette semaine, a déjà été condamnée par la justice pour travail dissimulé et blanchiment d’argent en 2015. Des peines de prison avec sursis avaient même été prononcées à l’encontre de trois dirigeants pour fraude à l’Urssaf. Bodyguard emploie plus de 700 salariés en France, alors que son chiffre d’affaires en 2012 dépassait les 30 millions d’euros !

Un contraste aberrant avec la situation des employés, dans un contexte de précarisation accélérée de l’emploi en France. Les licenciements économiques sont rendus toujours plus aisés pour les entreprises, notamment depuis la loi travail de 2016. Les « difficultés économiques » de l’entreprise ont ainsi été définies comme une simple baisse du chiffre d’affaire annuel.




Mots-clés

Licenciement(s)   /    Patrons-voyous   /    Société