Notre classe

Etudiants, lycéens, salariés, sous le signe de la convergence

Au Havre aussi, on massifie le mouvement, pour imposer le retrait total de la loi Travail !

Publié le 16 mars 2016

Damien Bernard

La semaine dernière, le 9 mars, dès 6h du matin, le Havre était bloqué. Et entre 3 500 et plus de 6 000 personnes manifestants, étudiants, lycéens et salariés s’étaient mobilisés en masse contre la loi Travail. Ce 17 mars, après que le gouvernement ait rallié la CFDT à la loi Travail, moyennant des miettes et des « reculs » d’ordre symbolique, l’intersyndicale du Havre CGT - FO - SUD - Solidaires – UNEF, reste déterminée à obtenir le retrait total du projet de loi Berger, ni amendable, ni négociable. Manifestations et actions de massification sont les mots d’ordre de ce 17 mars.

Avec la loi Berger, « Rien ne change » !

« Puisque l’inversion de la hiérarchie des normes est maintenue, à nos yeux rien ne change. », affirmait, le cosecrétaire de l’Union locale CGT du Havre, pour qui seul le retrait du projet de loi est envisageable. En effet, le cœur de la loi Travail reste intact, préservant ainsi la question de l’accord d’entreprise primant sur les accords de branche, puis sur la loi, réduite à la plus simple expression.

« Il y a besoin d’informer les salariés face aux mesurettes annoncées par Manuel Valls, et de réaffirmer notre position », continue Reynald Kubecki. Dès mardi, les distributions de tracts auprès des lycéens, étudiants et salariés étaient assurées aux abords des lycées Claude Monet, Porte-Océane et François-1er.

Ce mercredi, les tracts étaient diffusés aux abords de la zone industrielle et de l’université. Ce sont aussi des militants de la CGT et Sud qui ont dénoncé la gravité de la situation de la psychiatrie publique havraise en organisant une action de dénonciation devant l’hôtel de ville, que la loi Travail va accélérer et amplifier, les normes du privés se généralisant rapidement dans le secteur public

Décidé par l’intersyndicale, le programme de la journée du 17 mars est le suivant : de midi à 14 h se retrouveront des délégations et des syndicalistes sur le parvis de la chambre de commerce et d’industrie. A 18h, ce sera le clou de la journée avec la tenue d’un meeting salle Franklin avec Gérard Filoche, une façon de populariser la lutte pour le retrait total de la loi désormais dite Berger.

Ainsi ces actions de popularisations visent à aider à la massification du mouvement, ponctuées pour maintenir la dynamique de la mobilisation, par des rassemblements, des manifestations au Havre mais aussi dans toute la Normandie, dans six autres villes, comme à Cherbourg (Manche), Caen (Calvados), Alençon (Orne), Rouen (Seine-Maritime), Lillebonne (Seine-Maritime), Dieppe (Seine-Maritime).

Face à la manœuvre du gouvernement, massifier le mouvement pour obtenir le retrait total !

Prenant acte de la nécessité de massifier le mouvement, pour développer l’opposition au gouvernement, il s’agit pour l’intersyndicale de préparer les prochaines échéances de mobilisation, de lancer des actions d’informations, à destination des jeunes, comme des travailleurs, avec au programme, distribution massive de tracts.

Ainsi, l’objectif est de réussir l’échéance du 17 mars afin de préparer un calendrier de combat pour le retrait total du projet de loi, en prenant appui sur les prochaines échéances des 24 mars, jour de présentation en conseil des ministres, et du 31 mars, jour de grève nationale à l’appel de la CGT et de FO.

Au Havre, ce 17 mars sera donc placé sous le signe d’actions de massification pour informer et davantage mobiliser, plutôt « que risquer l’essoufflement » mais aussi de la manifestation, de la convergence entre étudiants, lycéens et salariés pour le retrait total de la loi Travail-Berger, ni amendable, ni négociable !