^

Monde

Présidentielles au Brésil

Brésil. Des centaines de milliers de femmes dans les rues contre le candidat de l’extrême-droite

Dans tout le pays des centaines de milliers de femmes se sont mobilisées contre le candidat de l’extrême-droite misogyne et raciste, Jair Bolsonaro. Le PT et la droite essayent de capitaliser sur ce rejet de l’extrême-droite de la part des femmes.

Samedi dernier, des centaines de milliers de femmes et d’hommes ont envahi les rues des principales villes brésiliennes. C’est le rejet de Jair Bolsonaro avec ses discours machistes et racistes qui a déclenché cette réelle déferlante populaire. Tout avait commencé sur les réseaux sociaux où des groupes de femmes contre le candidat avaient atteint les 2 millions de membres. Les manifestations de samedi sont donc la traduction dans les rues de ce rejet.

(Rassemblement à Rio de Janeiro)

C’est une nouvelle très encourageante pour le mouvement de femmes dans ce pays qui n’avait pas connu de telles mobilisations pour les droits des femmes depuis très longtemps, voire qui n’avait jamais vu des mobilisations de femmes d’une telle ampleur.

Ce mouvement contre le candidat de l’extrême-droite mais aussi contre le machisme en général, pourrait devenir un point d’appui pour les femmes d’un pays où l’avortement est encore illégal, où les violences conjugales font des milliers de morts tous les ans, où le machisme quotidien est banalisé et où, derrière les images folkloriques de « la femme brésilienne » vendues à l’internationale, se cache une forte répression et un contrôle féroce et réactionnaire du corps et de la sexualité des femmes (ainsi que des personnes LGBT, bien évidemment).

(Image de la manifestation à Belo Horizonte)

(La manifestation à Brasilia, capitale du pays)

Les différents candidats rivaux de Bolsonaro, à commencer par Fernando Haddad du Parti des Travailleurs de Lula, ont senti le tournant et le rejet très important parmi les femmes du candidat ultra-réactionnaire (67% d’opinions défavorables parmi les femmes). Maintenant, ils essayent de capitaliser sur ce rejet pour canaliser des voix vers leurs candidatures.

Des candidats aussi réactionnaires que Geraldo Alckmin du PSDB (droite), qui a soutenu activement le coup d’Etat institutionnel contre Dilma Rousseff et dont la candidate à vice-présidente est une grande propriétaire terrienne qui réprime les ouvrières rurales et les populations indigènes, a soutenu le mouvement.

De son côté le PT profite du fait que le mouvement ait adopté de mot d’ordre « #EleNao » (Pas lui) pour tenter d’obtenir un soutien tacite à sa candidature comme étant celle du « moindre mal » avec des chances de battre Bolsonaro dans un éventuel second tour.

En ce sens, Flavia Valle, candidate du Mouvement des Travailleurs Révolutionnaires au parlement fédéral de l’Etat de Minas Gerais, a déclaré lors de la mobilisation à Belo Horizonte : « nous défendons la nécessité que la lutte contre l’extrême-droite et contre le putschisme passe par la défense d’une solution anticapitaliste, indépendante du PT et de sa politique de conciliation avec les putschistes et les patrons. Nous appelons les femmes qui veulent poursuivre la bataille contre ce coup d’Etat institutionnel à exiger que les syndicats et les mouvements féministes luttent pour un mot d’ordre d’urgence : une Assemblée Constituante libre et souveraine qui commence par débattre le non payement de la dette ; l’égalité de salaire entre hommes et femmes, entre Noirs et Blancs et la titularisation de tous les salariés sous-traitants ou contractuels dans les services publics, sans concours ; la révocation des contre-réformes du gouvernement putschiste de Michel Temer et celles des gouvernements antérieurs ; le droit à l’avortement légal, sûr et gratuit et la satisfaction de toutes nos revendications. (…) Dans le capitalisme il n’y a pas de moindre mal pour les femmes, c’est pour cela que nous nous battons pour ces idées dans la perspective d’un gouvernement de travailleurs qui exproprie les grands capitalistes et socialise les moyens de production au service de la majorité ».

(Banderoles de l’organisation féministe Pão e Rosas dans la manifestation à Belo Horizonte où l’on peut lire « Pour d’une solution anticapitaliste, indépendante du PT et de sa politique de conciliation avec les putschistes et les patrons »)

Le camp de l’extrême-droite a aussi essayé de répondre aux manifestations massives de femmes notamment avec leurs propres rassemblements et marches pro-Bolsonaro. C’est le cas à São Paulo où quelques milliers de personnes ont marché dans la mégalopole brésilienne. Non seulement le nombre de participants n’était pas comparable à ceux des mobilisations de la veille mais la forte pluie a mis très rapidement fin à la démonstration de soutien au candidat.

Cependant, le fils du candidat, Eduardo Bolsonaro, a eu le temps de faire une démonstration du machisme et le mépris de leur courant politique. Ainsi, en s’adressant à la foule il a déclaré, en faisant référence aux manifestations de la veille : « les femmes de droite sont plus belles (!) que les femmes de gauche. Les femmes de droite ne manifestent pas avec les seins en l’air, elles ne défèquent pas pour manifester. C’est-à-dire que les femmes de droite sont plus hygiéniques que les femmes de gauche ».

D’autres tentatives désespérées ont été faites sur les réseaux sociaux essayant de dire que les images diffusées par les anti-Bolsonaro étaient des fakes, ce qui a été démenti par la presse très rapidement.

(Image de la mobilisation à Natal, dans le nord-est brésilien)

Quoiqu’il en soit, ces mobilisations de femmes, contre l’extrême-droite machiste, homophobe et raciste, sont en train de démontrer la force et la potentialité du mouvement dans les rues, et cela non seulement contre Bolsonaro mais contre l’ensemble de politiciens capitalistes et conciliateurs et leurs plans. Comme l’explique Maira Machado, également candidate du Mouvement Révolutionnaire des Travailleurs au parlement fédéral de l’Etat de São Paulo : « les centaines de milliers de femmes qui ont pris part aux mobilisations dans tout le pays ont démontré que, si l’on lie nos revendications à celles de la classe ouvrière, nous pouvons déclencher une force inarrêtable contre l’extrême-droite et les capitalistes. Le détestable Bolsonaro veut nous réduire en esclavage, nous les femmes travailleuses, les noires, les LGBT. Nous devons l’affronter avec la force de la rue, des usines, des universités, dans les grands services publics. Pendant ce temps, le PT essaye de mettre en place un pacte de conciliation avec les putschistes, pour se présenter comme l’alternative pour la bourgeoisie (…) Le renforcement de l’extrême-droite se poursuivra même après un éventuel gouvernement Haddad. Une extrême-droite qui défend la dictature militaire et la torture, ne se combat pas à travers le vote. Et encore moins avec le vote pour un soi-disant ‘moindre mal’ ».




Mots-clés

Présidentielle 2018 au Brésil   /    Féminisme    /    Brésil   /    Extrême-droite   /    Monde