^

Politique

Nouveau gouvernement

Edouard Philippe, énarque de droite et avocat d’affaires nommé premier ministre

Son nom était pressenti depuis plusieurs jours. Emmanuel Macron vient d’investir Edouard Philippe au poste de premier ministre.

C’est donc Edouard Philippe, 46 ans, membre des Républicains, qui mènera et nommera le prochain gouvernement. Le parcours de cet homme politique de droite est plutôt classique : ancien énarque, d’abord passé par le PS avec Michel Rocard, il est actuellement député de la 7è circonscription et maire du Havre.

Si celui-ci est peu connu, ce proche d’Alain Juppé n’en reste pas moins une prise de choix pour Emmanuel Macron. On savait que le nouveau président souhaitait un premier ministre de droite, à la fois pour équilibrer la vague de recrutement issue du PS, mais aussi pour pouvoir mettre la pression sur la droite pour espérer récupérer l’investiture de députés des Républicains. Cette nomination vise à fracturer Les Républicains en le dévitalisant par le recrutement de l’une des jeunes pousses du parti de la droite traditionnelle. L’objectif étant d’obtenir une majorité parlementaire à l’Assemblée afin d’assoir une légitimité des plus faibles ou encore de pouvoir gouverner par ordonnances.

L’annonce du nouveau premier ministre pourrait susciter des remous à droite : Alain Juppé s’est déjà félicité publiquement de cette nomination, saluant un « homme de grand talent qui connaît parfaitement les rouages de l’activité parlementaire » et ajoutant que « si la droite et le centre ne sont pas majoritaires à l’Assemblée nationale, le pays ne comprendrait pas que nous nous engagions dans une opposition systématique ».

Edouard Philippe présente le point commun avec Emmanuel Macron d’avoir eu une part de sa carrière dans le secteur privé. Celui-ci a été avocat d’affaires mais aussi directeur des relations publiques d’Areva pendant plusieurs années. Nul doute qu’il aura à cœur d’appliquer la politique pro-patronale de casse du code du travail que Macron prévoit de mettre en œuvre par ordonnances dès cet été.

Enfin, censé être le fer de la « moralisation de la vie publique » promise par Macron, le nouveau premier ministre n’est pas dépourvu de casseroles. Selon Médiapart, Edouard Philippe a reçu un blâme de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) pour avoir refusé de fournir certaines informations sur sa déclaration de patrimoine de 2014, pourtant exigées par la loi. En cause, le refus de donner la valeur d’estimation de ses différentes propriétés immobilières mais aussi de déclarer ses revenus perçus lorsque celui-ci était avocat d’affaires et travaillait pour Areva. Il a également voté contre les lois de transparence sur la vie publique de ces dernières années.

Le nouveau premier ministre devrait annoncer la composition du gouvernement demain dans la journée.




Mots-clés

Législatives 2017   /    Macron   /    Politique