^

Jeunesse

Communiqué de presse

[Dernière minute] Sciences Po Paris occupé contre la loi El Khomri

Après avoir tenté de négocier à la marge le projet de loi El Khomri pour tuer dans l’œuf la mobilisation, le gouvernement et les directions d'université sont passés ce jeudi 17 mars à la méthode forte. En ce qui concerne Sciences Po, l'administration cherche à empêcher la mobilisation dans l'établissement, en refusant les dispenses d'assiduité. Sciences Po est désormais occupé par les étudiant-e-s pour obtenir ces dispenses en vue de batailler jusqu'au retrait total de la Loi Travail. Nous reproduisons ci-dessous le communiqué des étudiant-e-s de Sciences Po, réuni-e-s à 150 en Assemblée Générale.

Communiqué de presse du 21 mars 2016 :

Sciences Po est occupé pour le retrait de la Loi Travail !

Nous, étudiant-e-s de Sciences Po, réuni-e-s à 150 en Assemblée Générale ce soir, réaffirmons notre exigence de retrait total du projet de la loi travail, sans aucun compromis possible. L’administration de Sciences Po, en refusant après maintes négociations de permettre aux étudiant-e-s de se mobiliser en les dispensant d’assiduité les jours d’action nationale, contrairement à de nombreuses universités et IEP, cherche à empêcher la mobilisation dans l’établissement. En effet, sans ces dispenses d’assiduité, les étudiant-e-s se trouvent désormais dans l’incapacité de continuer à se mobiliser pour défendre les droits des travailleurs-ses, des jeunes et des chômeurs-ses. En outre, les violences policières commises partout en France sur ordre du gouvernement lors des mobilisations participent à la répression du mouvement étudiant, il s’agit d’un réel déni du droit de grève et de manifestation !

C’est pourquoi nous avons pris la décision d’occuper les locaux de Sciences Po. Nous appelons également à une Assemblée Générale au 28 rue des Saint-Pères à minuit ce lundi 21 mars. Nous réaffirmons notre volonté de retrait total du projet et loi, et exigeons de l’administration des dispenses d’assiduité les jours de mobilisation nationale et pendant les Assemblées Générales, comme cela a été acté par des mandaté-es de plus de 60 établissements d’enseignement supérieur francais réuni-e-s en coordination nationale étudiante ce week-end à Paris 8.

Puisque l’administration refuse de nous laisser nous mobiliser, nous manifesterons au sein de nos locaux jusqu’à nouvel ordre !

Sciences Po est occupé. La lutte continue jusqu’au retrait !

Les étudiant-e-s de Sciences Po réuni-e-s en Assemblée Générale, le mardi 21 mars 2016




Mots-clés

Loi El Khomri   /    Jeunesse