Section

Loi El Khomri

Compte Personnel d'Activité. Un cadeau empoisonné made in PS

Institutionnaliser la précarité ou en finir avec elle ?

Compte Personnel d’Activité. Un cadeau empoisonné made in PS

Le compte personnel d’activité (CPA), inscrit dans la loi Travail et en vigueur depuis une semaine, a été souvent présenté par le gouvernement mais aussi par plusieurs syndicats comme un acquis pour les travailleurs, comme porteur de nouveaux droits. Mais est-ce réellement le cas ?

Compte personnel d'activité. Valls tente de cacher la loi El Khomri par les miettes données au monde du travail

Entourloupe en direct devant 3 millions de téléspectateurs

Compte personnel d’activité. Valls tente de cacher la loi El Khomri par les miettes données au monde du travail

Jeudi soir sur le plateau de TF1, Manuel Valls a défendu mordicus sa loi Travail, passant rapidement sur ses mesures les plus importantes pour les salariés –inversion de la hiérarchie des normes, baisse de la rémunération des heures supplémentaires, référendums d’entreprise– pour présenter aux téléspectateurs quelques miettes, qu’il a présentées comme des « avancées importantes », avec en tête le Compte personnel d’activité. En réalité, ces « grandes avancées » sont au mieux des miettes, au pire des coquilles vides qui n’auront qu’une réalité très réduite.

Au Sénat, le PS s'oppose frontalement à l'abrogation de la loi travail

L’initiative fait (encore) tomber le masque

Au Sénat, le PS s’oppose frontalement à l’abrogation de la loi travail

Surfant sur les déclarations de Manuel Valls et Myriam El Khomri sur le 49.3 et sur les positions anti Loi Travail de Benoit Hamon et Arnaud Montebourg, des sénateurs communistes ont proposé un texte en faveur de l’abrogation de la dite loi. La droite n’a pas pris part au vote, et le PS a fait bloc ... pour refuser le texte.

Sur France 2, Philippe Martinez fait face à Manuel Valls

Sur France 2, Philippe Martinez fait face à Manuel Valls

Parfois en politique, les bonnes prestations ne suffisent pas. Surtout lorsqu’il s’agit de défendre un programme en forme d’antithèse à une politique menée durant ces trois dernières années en tant que chef du gouvernement. Invité de « L’Émission politique » de France 2 ce jeudi soir, Manuel Valls s’est attelé à cette laborieuse tâche pendant plus de 2 heures. Souvent, les paroles et les actes se sont entrechoqués. Une fois de plus, le 49-3 a été mis à l’honneur. Pour se dédouaner de son bilan, il a cette fois-ci préférer charger les frondeurs qui lui auraient imposé l’utilisation du 49.3. Autre temps fort, le face à face entre Martinez et Valls sur la question du chômage de masse, des hausses des salaires, ou encore des services publiques. Face à celui qui n’a eu cesse de discréditer, museler, réprimer la mobilisation contre la loi Travail et ses manifestants, Martinez s’est montré offensif sur la forme tout en laissant entendre que Valls pourrait bien proposer autre chose que du Valls.

Procès d'un cheminot d'Austerlitz mobilisé contre la loi travail

La répression contre les militants anti-Loi Travail continue

Procès d’un cheminot d’Austerlitz mobilisé contre la loi travail

Un rassemblement a eu lieu aujourd’hui devant le Tribunal de Grande Instance de Bobigny en solidarité avec Nicolas P., cheminot de la gare d’Austerlitz dont le procès avait lieu à 13 heures. Militant à Sud Rail, il avait été arrêté pendant la mobilisation contre la loi travail, le même jour que Nicolas Jounin, sociologue enseignant à l’Université Paris 8 et syndicaliste à la CGT. Tous deux participaient à une action de blocage du port de Gennevilliers, organisée par l’assemblée générale interprofessionelle de Saint-Denis, le 28 Avril dernier.

Retraite anticipée pour François Chérèque

Il n’avait pas toutes ses annuités, et pourtant…

Retraite anticipée pour François Chérèque

Un saint. Ou presque. La CFDT a beau avoir acté sa déconfessionnalisation en 1964, François Chérèque a eu droit à une canonisation en bonne et due forme dès lors que son décès, à 60 ans, a été rendu public, lundi 2 janvier. Dans un bel unanimisme, Laurent Berger, son successeur à la tête de la Centrale, mais également les responsables politiques de tout bord, de gauche comme de droite, en passant par la CGPME et le Medef, tous on tenu à rendre un hommage appuyé à « un grand homme ». Quand on sait la trajectoire de celui qui a été à la tête de la CFDT de 2002 à 2012, on comprend pourquoi.

Interview. Grève des cheminots de 1986 : « Les syndicats ont mal vécu la grève, mais on était tellement fiers d'enfin pouvoir décider de ce qu'on voulait »

Trente ans après la grève cheminote de 1986 : quels enseignements ? – PARTIE 2

Interview. Grève des cheminots de 1986 : « Les syndicats ont mal vécu la grève, mais on était tellement fiers d’enfin pouvoir décider de ce qu’on voulait »

Du 18 décembre 1986 au 15 janvier 87 a eu lieu une des grèves cheminotes les plus importantes de tout le XXème siècle. Une grève offensive, sous un gouvernement « de gauche », s’attaquant au blocage des salaires imposé depuis 1982 par les gouvernements successifs, au public comme au privé. Mais elle a été bien plus qu’une grève pour les salaires. On entend souvent parler de 95 et du rôle très important que les cheminots ont joué dans le bras de fer entamé avec le gouvernement Juppé et sa réforme. Mais la grève de 86, pourtant beaucoup moins connue, même chez les cheminots, est une grève qui mérite notre attention et celle de tous ceux qui veulent apprendre des meilleures expériences de lutte de notre classe. La grève de 1986 a été clairement à l’initiative des cheminots à la base et non des directions syndicales. Le développement de l’auto-organisation a été important avec la construction partout de comités de grèves et de coordinations nationales. Révolution Permanente a interviewé Myriam, contrôleuse à Paris-Ouest depuis 1983, qui nous raconte cet événement mémorable et riche en enseignements de l’histoire de notre classe. Des leçons à tirer en ce temps de loi travail et d’attaques contre nos conditions de vie et de travail encore à venir.

Rétrospective 2016. Quelques leçons à tirer de la mobilisation contre la loi travail.

« Le printemps » ouvrier

Rétrospective 2016. Quelques leçons à tirer de la mobilisation contre la loi travail.

Le 14 juin. Plusieurs centaines de milliers de travailleurs et de jeunes défilaient lors d’une manifestation nationale à Paris contre la loi Travail et son monde. Après 3 mois de mobilisation contre la loi Travail, cette manifestation, la plus importante depuis le début des hostilités, a marqué le mouvement par son caractère ambivalent. D’un côté, de par son caractère massif, la jeunesse et le mouvement ouvrier ont démontré une détermination et une combativité sans faille leur désir d’aller jusqu’au bout, et ce malgré la radicalité auquel était poussé le gouvernement, sa forte répression en étant l’une des expressions. D’un autre côté, cette journée, s’est déroulée sans qu’aucune grève reconductible ne soit plus en cours. Elle a également exprimé certaines des principales limites du mouvement, et notamment celles de la politique de la direction confédérale de la CGT et de Martinez, devenus la principale opposition au gouvernement. Après le « joli mai » de la classe ouvrière contre la loi Travail, quel bilan tirer de l’issu du mouvement ?

Interview. Grève des cheminots de 1986 : « A chaque grève j'ai ce sentiment, d'être enfin libre »

Trente ans après la grève cheminote de 1986 : quels enseignements ? – PARTIE 1

Interview. Grève des cheminots de 1986 : « A chaque grève j’ai ce sentiment, d’être enfin libre »

Du 18 Décembre 1986 au 15 Janvier 1987 a eu lieu une des grèves cheminotes les plus importantes de tout le XXème siècle. Une grève offensive, sous un gouvernement « de gauche », s’attaquant au blocage des salaires imposé depuis 1982 par les gouvernements successifs, au public comme au privé. Mais elle a été bien plus qu’une grève pour les salaires. On entend souvent parler de 95 et le rôle très important que les cheminots ont joué dans le bras de fer entamé avec le gouvernement Juppé et sa réforme. Mais la grève de 86, pourtant beaucoup moins connue même chez les cheminots, est une grève qui mérite notre attention et celle de tous ceux qui veulent apprendre des meilleures expériences de lutte de notre classe. La grève de 1986 a été clairement à l’initiative des cheminots à la base et non des directions syndicales. Le développement de l’auto-organisation a été important avec la construction partout de comités de grèves et de coordinations nationales. Révolution Permanente a interviewé Myriam, contrôleuse à Paris - Ouest depuis 1983, qui nous raconte cet événement mémorable et riche en enseignements de l’histoire de notre classe. Des leçons à tirer en ce temps de loi travail et attaques contre nos conditions de vie et de travail encore à venir.

Après Valls, El Khomri contre le 49.3 : cherchez l'erreur

On croit rêver…

Après Valls, El Khomri contre le 49.3 : cherchez l’erreur

Le jeudi 15 décembre, après avoir troqué le costume de premier ministre pour celui de candidat aux primaires de la gauche, Valls le grand démocrate sous l’éternel annonçait sa volonté, s’il est élu, de supprimer l’article 49.3 de la constitution (hors textes budgétaires, au sein d’une réforme d’ensemble des institutions). Après l’avoir utilisé 6 fois pour faire passer la loi Macron puis la loi El Khomri, le grand homme le considère trop « brutal » et anti-démocratique. Cherchez l’erreur. Une « erreur » que Myriam El Khomri s’est empressée de reconduire à son tour ce mardi 20 décembre, venant à la rescousse autant de l’ex premier ministre que du nouveau candidat… que d’elle-même.

Rétrospective 2016. Mars : les débuts de la mobilisation sur les facs et les lycées

Et la jeunesse se leva !

Rétrospective 2016. Mars : les débuts de la mobilisation sur les facs et les lycées

En cette fin d’année 2016, Révolution Permanente vous propose une série d’articles retraçant les événements marquant de l’année écoulée. Aujourd’hui, nous revenons sur les débuts du mouvement contre la loi travail, de l’appel #Onvautmieuxqueça à celui de l’inter-organisations de jeunesse, des premières AGs au lancement des blocus lycéens en passant, bien évidemment, par les premières échéances de rue. Retour sur un début de mois de Mars pas comme les autres, et que, malgré le torrent réactionnaire qui déferle depuis l’été, nous n’oublions pas.

Sans preuves contre et soutenu par son université, Antonin dort toujours en prison !

Motion de soutien du conseil d’administration de Paris 10

Sans preuves contre et soutenu par son université, Antonin dort toujours en prison !

Nous relayons ici la motion votée par le CA de l’université Paris 10 concernant l’emprisonnement d’Antonin, retenu sans preuves formelles, sur la seule foi d’un agent des renseignements généraux, accusé d’avoir participé à l’incendie d’une voiture de police quai de Valmy en mai dernier. Il s’agit d’une des innombrables victimes de la répression qui a visé celles et ceux qui ont voulu s’opposer à logique mortifère de la loi-travail.

Interview d'un syndicaliste sous procédure de radiation. « C'est de l'acharnement ce qui se passe à la SNCF »

Répression à la SNCF

Interview d’un syndicaliste sous procédure de radiation. « C’est de l’acharnement ce qui se passe à la SNCF »

Révolution permanente a interviewé Mathieu Relin, délégué du personnel SUD Rail à Mulhouse. Il est sous procédure de radiation depuis les grèves de juin dernier. L’objectif de la direction de la SNCF est clair : se débarrasser des militants qui contestent sa politique pour ensuite mieux pouvoir appliquer les réformes qui visent à casser les conditions de travail des cheminots et le service public ferroviaire. Il est donc plus nécessaire que jamais de lutter pour unifier les combats, pour la convergence de tous les secteurs victimes de la répression policière, judiciaire et disciplinaire. Le prochain rendez-vous sera sans doute le 11 janvier à Amiens pour la relaxe des 8 de Goodyear, mais il serait difficile d’en rester là.

Travailler plus pour gagner moins ? DCNS dénonce son accord d'entreprise

Dans l’esprit de la loi travail

Travailler plus pour gagner moins ? DCNS dénonce son accord d’entreprise

Le 15 novembre, la direction de DCNS, géant de la construction navale au chiffre d’affaire de 3,04 milliards d’euros, a décidé de dénoncer son accord d’entreprise, qui avait pourtant été obtenu en 2004 au terme d’un chantage de plusieurs mois avec les syndicats. En cause : l’organisation du temps de travail, que l’entreprise veut revoir, alors qu’elle a d’ores et déjà réussi à imposer un PSE et des accords de compétitivité. Une dénonciation inacceptable pour une entreprise qui croule sous les commandes, et qui est majoritairement détenu par l’Etat. Loin d’être un hasard du calendrier, la dénonciation arrive quelques mois après la loi travail, alors que les premiers décrets d’application commencent à tomber.

Loi Travail. Inversion de la hiérarchie des normes : les décrets d'application sont sortis

Myriam El Khomri accomplit son travail pour le Medef

Loi Travail. Inversion de la hiérarchie des normes : les décrets d’application sont sortis

Les premiers décrets d’application de la loi travail avaient déjà commencé à être publiés début octobre. Ce week-end, quatre autres ont été publiés, concernant notamment l’organisation du temps de travail et les liens entre les accords d’entreprise, les accords de branche et la loi. En d’autres termes, l’inversion de la hiérarchie des normes, épine dorsale de la loi travail et cheval de bataille de l’intersyndicale, est maintenant effective. Une mesure qui arrive à point nommé pour le patronat, qui n’a pas attendu la publication des décrets pour commencer à entamer de nouvelles négociations sur ce point précis.

Montpellier. Cassandre condamnée pour un jet de ballon symbolique

Criminalisation des opposant.es à la Loi travail

Montpellier. Cassandre condamnée pour un jet de ballon symbolique

Dans la longue série de procès menée contre les opposants à la loi travail et tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, luttent contre son monde, le verdict du procès de Cassandre, rendu le 17 novembre, vient confirmer la volonté de l’état de criminaliser les manifestants. Accusée de violences envers des personnes dépositaires de l’autorité publique pour avoir jeté un ballon de peinture en direction de la Chambre de commerce et d’industrie où se tenaient les CRS, elle est condamnée à un mois de prison avec sursis et 100 euros d’amende auxquels viennent s’ajouter 100 euros pour chacun des six CRS !

Violences policières et répression. Belle soirée de débat à Saint-Denis à l'invitation des Amis du Monde Diplo

Dans les quartiers, dans les manifs...

Violences policières et répression. Belle soirée de débat à Saint-Denis à l’invitation des Amis du Monde Diplo

Les amis du Monde diplomatique de Saint-Denis et Paris organisaient jeudi soir un débat sur les répressions et les violences policières, « dans les quartiers, dans les manifs, et après ? ». La discussion avait lieu au théâtre de la Belle étoile, dans ce lieu devenu aussi un symbole de la répression, entre Loïc Canitrot, accusé et poursuivi actuellement par le Médef, et Cyril, lui aussi membre de la Compagnie Jolie Môme, et cinq autres personnes qui ont été placées en garde à vue pour la même affaire fictive il y a quelques jours.

Incroyable : le PS lance une pétition pour sauver les droits des travailleurs face à la droite

Après avoir fait la loi El Khomri, il fallait oser !

Incroyable : le PS lance une pétition pour sauver les droits des travailleurs face à la droite

Entre manœuvres et répression, le gouvernement (PS, s’il est besoin de le rappeler) a réussi à acter la loi travail. Un énorme recul pour les droits des travailleurs, sans même parler de ce qu’était le projet initial… Si aucun d’entre nous n’a oublié cette loi, rejetée par une large majorité de la population, le PS, comme si de rien était, lance une pétition plutôt osée, qui se pose en défense des "droits des travailleurs" pour 2017 ! Mais bien sûr...

Bergson. Six mois de sursis pour le policier qui a frappé le lycéen. Vous avez dit impunité ?

Justice de classe (et raciste)

Bergson. Six mois de sursis pour le policier qui a frappé le lycéen. Vous avez dit impunité ?

Un nouveau simulacre de procès. À peine 6 mois de prison avec sursis ont été requis par le procureur contre le policier ayant frappé violemment au visage un jeune noir de 15 ans, lycéen à Bergson. Diffusées durant le procès, la vidéo des violences policières, qui a fait le tour de la toile, n’a pas semblé suffisante pour requérir de la prison ferme, même si le sursis pour les policiers reste exceptionnel. Après le permis de tuer déjà largement répandu dans les quartiers populaires, cette réquisition du procureur est un encouragement à tabasser. Être filmé sous toutes les coutures, aussi accablantes soient les preuves, un policier qui frappe violemment un jeune, risque du sursis tout au plus. Cerise sur le gâteau : pas d’inscription au casier judiciaire. Vous avez dit impunité ?

​VIDEO. Loi travail et répression : les cheminots répondent aux politiciens

Retour sur la grève cheminote du printemps dernier

​VIDEO. Loi travail et répression : les cheminots répondent aux politiciens

A​lors que le métier de cheminot est l’un des plus critiqués par l’opinion publique​,​ après ​peut être ​la police​,​ les médias ou les politiciens professionnels, cette vidéo arrive à point nommé pour casser justement ​et ​avec ironie​ le discours qui cherche à nous diviser​ :​ Preneurs d’otages, voyous, casseurs, racailles, privilégiés, grèves incompréhensibles … Voilà les mots qu’entendent quotidiennement les cheminots, et avec encore plus de violence et d’insistance pendant les mouvements de grève. L’objectif de cette vidéo est ​de poser les bonnes questions​ :​ qui sont les vrais voyous ? Les cheminots sont-ils privilégiés ? Les cheminots font-ils grève pour aucune raison ?

Procès de Cassandre à Montpellier. L'État criminalise les manifestant.e.s et défend sa police

Soutien à toutes les victimes de la répression

Procès de Cassandre à Montpellier. L’État criminalise les manifestant.e.s et défend sa police

Ce jeudi 3 novembre a eu lieu le procès de Cassandre, inculpée pour « violences contre personnes dépositaires de l’autorité publique », en l’occurrence, le jet d’un ballon de baudruche rempli de peinture. Cette action symbolique, visant la Chambre de Commerce et d’Industrie dans le cadre du mouvement contre la loi travail lors la manifestation du 9 mars, est utilisée comme prétexte pour écraser toute opposition à la politique du gouvernement. Cette forte répression judiciaire est générale et se traduit par une liste de procès contre des militants et des manifestants qui ne cesse de s’allonger : Cassandre est l’un des boucs émissaires désignés pour servir d’exemple. Il s’agit avant tout de dissuader celles et ceux qui se sont mobilisés contre la loi travail et son monde de continuer à se battre contre des politiques passées en force par le gouvernement pour le seul profit du patronat. Malgré cet acharnement, la volonté de lutter contre ces attaques et de ne pas se laisser faire est toujours présente : une quarantaine de personnes ont répondu présent au rassemblement de soutien pour Cassandre et l’ensemble des inculpés du mouvement contre la loi travail, appelé par la commission anti-répression de l’AG populaire Nuit Debout devant le Tribunal de Grande Instance.

Le Mirail. Témoignage d'un étudiant condamné à 3 mois de prison avec sursis pour avoir manifesté

Justice de classe

Le Mirail. Témoignage d’un étudiant condamné à 3 mois de prison avec sursis pour avoir manifesté

A., étudiant en lettres de l’université du Mirail a été condamné le 5 octobre à 3 mois de prison avec sursis et 1200 euros d’amende pour être descendu dans la rue le 12 mai contre la loi Travail et son monde. Comme pour beaucoup d’autres interpelés, ses chefs d’inculpations de « violence sur agent » ne sont fondés que sur la bonne parole des forces de l’ordre, qui de concert avec l’arsenal judiciaire cherchent à faire passer un message clair : A. n’aurait pas dû manifester, pas dû contester la loi Travail. Mais si l’objectif des violences physiques et juridiques était de l’intimider, lui et les autres étudiants toulousains qui se sont mobilisés au printemps, elles auront renforcé la conviction d’A. qui a rédigé ce témoignage à la suite de son procès, en septembre. Nous le reproduisons ici à la suite du rendu final de justice et à quelques jours de la réunion qui se tiendra mardi 18 à 13h à la fac, appelée par plusieurs signataires de la tribune de Libération contre les violences policières, ayant pour but d’échanger entre étudiant.e.s profs et personnel.le.s sur la répression et l’état d’urgence.

[Vidéo] J.M. Rouillan présente son livre au Havre

Non, rien de rien…

[Vidéo] J.M. Rouillan présente son livre au Havre

Le 4 octobre Jann Marc Rouillan était au Havre pour parler de son dernier livre Je regrette. Invité par l’UL CGT, l’occasion était de faire un pont entre la répression syndicale de ces derniers mois et celle que Rouillan a subie, en prison. Le laisser s’exprimer et entendre son point de vue dans un lieu comme la maison des syndicats du Havre c’était refuser de jouer le jeu malsain des médias et du gouvernement qui n’ont eu de cesse de salir cet homme.

Embarqué pour « rébellion », il risque un an de prison !

Loïc Citation en procès ce matin

Embarqué pour « rébellion », il risque un an de prison !

Lors de la dernière manifestation du 15 septembre, et comme se sont plu à l’annoncer la préfecture et les médias, de nombreux manifestants ont été arrêtés, dont beaucoup pour des faits inexistants. C’est le cas de Loïc Citation, un militant arrêté pour avoir fait remarqué à la foule une arrestation arbitraire ; il passe en procès aujourd’hui et risque un an d’emprisonnement et 1000€ d’amendes, réclamés par un policier en « dédommagement d’un préjudice moral ». Malgré le fait que tous les faits reprochés soient invisibles sur les vidéos qui montrent les dix minutes avant l’arrestation et les traitements violents de la police, c’est encore une victime de la police qui est déclarée comme agresseur. Son procès se déroule ce vendredi à 13h30 au TGI de Paris.

0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 750