^

Politique

Des « frondeurs » chez Macron ?

Des adhérents En Marche contestent les statuts du parti en justice

C’est une mauvaise nouvelle pour Emmanuel Macron. Plusieurs dizaines d’adhérents de La République En Marche se sont formés en collectif « La Démocratie En Marche » et ont saisi la justice pour contester les statuts du parti.

Crédit photo : SIPA

Les extraits ou synthèses des statuts que l’on daignait nous communiquer n’avaient plus rien à voir avec l’esprit d’En Marche ! Et les premiers témoignages de députés sur le fonctionnement du groupe à l’Assemblée ne nous rassuraient pas vraiment.

Deuxième mauvaise nouvelle de la semaine pour Emmanuel Macron, en chute dans les sondages (-10 pts de popularité ce mois ci, du jamais vu après 3 mois de règne depuis Jacques Chirac en 1995), et qui doit aujourd’hui faire face à une épreuve inattendue. Une trentaine d’adhérents de La République En Marche ont en effet saisi la justice pour « vice de forme ». Les raisons de la colère ? Les nouveaux statuts du parti. « Les statuts proposés cantonnent les adhérents à un rôle de supporteur et les excluent de la gouvernance, aussi bien locale que nationale » expliquent donc ces « frondeurs », constitués en collectif, La Démocratie en Marche. En effet, alors que les Marcheurs souhaitaient que le futur Conseil national du parti soit composé de 50 % d’adhérents tirés au sort, ils ne seront finalement que… 25 %.

Corinne Lepage avocate, ancienne députée européenne Cap21 et ancienne ministre de l’Environnement est, elle aussi, sorti du bois. Elle a publié une lettre publique intitulé « À mes amis des comités En Marche, qui contestent les statuts du parti », en cherchant à calmer le jeu, estimant qu’« il serait désastreux que le président de la République perde les centaines de milliers de soutiens qui sont les siens pour convaincre du bien-fondé des mesures qui sont prises, en particulier lorsqu’elles suscitent la polémique ». Mais dans sa lettre, elle exhorte dans le même temps l’état-major de La République En Marche a entendre « ces milliers de marcheurs qui demandent simplement de laisser un peu de temps au temps et de réécrire les statuts dans un sens plus démocratique, conforme à l’esprit qui a animé En Marche ! dès ses origines ».

Bien sur, il serait prématuré de dire qu’Emmanuel Macron se retrouve aujourd’hui face à une opposition interne dans sa très récente organisation. Toutefois, il est aussi indéniable que le « renouveau politique » prôné par le président de la République prend du plomb dans l’aile, avec procès à la clé. Les prochaines semaines et mois seront instructifs, et le scénario d’une opposition type « frondeurs » au sein de La République En Marche est désormais possible. Le verdict du tribunal aura évidemment une importance majeure. Reste à savoir si Macron et la direction du parti pourront contenir et ramener dans les rangs ces quelques adhérents mécontents.




Mots-clés

LREM   /    Emmanuel Macron   /    Politique