^

Politique

Violences policières

En pleine affaire Benalla, la police gaze des agriculteurs en colère sur le Tour de France

Ce 24 juillet, après 30km de course, des agriculteurs en colère entendaient bloquer la route du Tour de France. La police, comme à l'accoutumée, a largement arrosé de lacrymogène les manifestants... au point que les coureurs eux-mêmes ont dû mettre pied à terre et être soignés !

La répression au grand air / Crédit photo : Reuters

La répression a encore frappé. Une fois de plus, à coups de lacrymogènes, entrainant les traditionnelles images voyant les victimes se soigner avec du sérum physiologique qui vont avec. Sauf que, surprise, il s’agit aujourd’hui des coureurs du Tour de France qui ont dû recourir à la petite pipette bien connue des manifestants, surtout depuis 2016.

Un coureur soigné après l’intervention musclée de la police / Crédit photo : F. Mons / L’Équipe

La raison de ce gazage massif ? Des agriculteurs entendaient bloquer la route pour exprimer leur colère après la fin du classement de l’Ariège en zone défavorisée. Et comme il est de coutume en Macronie, les forces de répression ont eu recours à la force pour disperser les manifestants. Les images sont explicites, tandis que les commentateurs de la course parlaient de violents affrontements pour légitimer l’acte répressif des policiers.

Sauf que les quelques images disponibles ne révèlent aucune violence des manifestants, mais au contraire une intervention musclée des CRS à l’endroit où la grosse dizaine d’agriculteurs présents avait disposé de bottes de pailles. Le comble du grotesque semble même être atteint lorsque les forces de répression décident de faire face, matraque à la main, à... des moutons ! En effet, les agriculteurs semblaient vouloir bloquer la route, si besoin, à l’aide du troupeau. C’est ainsi que l’agence Reuters a saisi ce cliché, où l’on voit les policiers prêt à en découdre... On ne rigole pas avec le « monopole de la violence légitime ».

La police face au sheep block ? / Crédits photo : Reuters

Alors que l’affaire Benalla ébranle l’ensemble de la V° République, il semble que les forces (officielles cette fois) de répression ont tenu à « remettre les points sur les i », en démontrant que leurs méthodes d’intervention sont dignes des barbouzes de l’Élysée. Un épisode répressif de plus en Macronie.




Mots-clés

Violences policières   /    Agriculteurs   /    Tour de France   /    Répression   /    Politique