^

Monde

PRESIDENTIELLES EQUATORIENNES

Equateur : le candidat de l’opposition conteste les résultats électoraux en faveur de Lenin Moreno

Lenin Moreno, le successeur de Rafael Correa, remporterait le suffrage mais son adversaire, Guillermo Lasso, invoquant des fraudes, conteste le résultat des présidentielles de ce dimanche.

Le candidat à la présidentielle de l’opposition, Guillermo Lasso, a contesté formellement les résultats des élections qui ont donné gagnant son adversaire le candidat du parti au pouvoir, Lenin Moreno, pour seulement 230.000 voix d’écart.

Lasso, ex banquier conservateur de 61 ans, avait déjà protesté dimanche soir contre la publication des résultats faite par le Conseil National Electoral (CNE), alors même que le scrutin n’était pas encore fini.

Lundi, le candidat présidentiel de l’opposition a remis en cause les résultats officiels, en affirmant qu’il allait les contester légalement une fois le décompte fini, déclarations qui n’ont fait qu’approfondir la polarisation qui traverse déjà le pays latino-américain.

Avec 99,54 % des bulletins dépouillés, Lenin Moreno, le candidat du parti au pouvoir, est donné gagnant avec 51,17% des voix, contre 48,83% des voix portés sur Guillermo Lasso, avec un écart de seulement 230 000 voix.

Durant une conférence de presse, Lasso a affirmé que "les preuves des irrégularités au cours du processus électoral sont nombreuses. C’est pourquoi on ne peut pas accepter ces résultats illégitimes ». En même temps, le candidat a expliqué que son objectif était de peser pour que les autorités comptent à nouveau les voix, auquel cas il accepterait les résultats. Ce processus retarderait l’investiture de Moreno, créant une situation d’instabilité institutionnelle dans un pays profondément divisé et qui fait face à une importante crise économique.

La faible différence de 230 000 voix entre les deux candidats montre le mécontentement d’une partie importante de l’électorat avec le gouvernement Correa, qui, dès son arrivée au pouvoir en 2007, se situait dans la vague des gouvernements post-néolibéraux qui ont accédé au pouvoir dans la région dans les années 2000.

Avec la chute de prix de matières premières des dernières années, le gouvernement Correa a glissé à droite, tout comme les autres gouvernements « progressistes » latino-américains, avec l’application de plans d’austérité pour les travailleurs, alors même que les capitalistes, eux, ont continué à s’enrichir.




Mots-clés

Equateur   /    Amérique latine   /    Monde