^

Politique

Une façon d'invisibiliser le racisme et les violences policières

Génération Mbappé : un modèle de réussite pour les banlieues dans la "start-up nation" ?

Depuis la victoire des bleus, Emmanuel Macron et les médias ont fait des joueurs les nouveaux "héros" de la république. Le gouvernement aura vite fait de réactualiser le mythe "black blanc beur" dans sa nouvelle version macroniste. D'un côté l'idée est d'afficher l'image d'une république française unie au delà des différences, et de l'autre faire de quelques stars de l'équipe de France les nouveaux "modèles" de réussite pour la jeunesse. Dans les banlieues aussi, il y a "ceux qui sont tout" comme Mbappé, Pogba, Kanté et "ceux qui ne sont rien" comme Adama Traoré et les dizaines de jeunes tués par des gendarmes de la République française...

"On est tous français"

Quelques jours après la victoire des bleus, 82% soit plus de 8 français sur 10 estimeraient que la victoire aurait ravivé leur sentiment de fierté nationale. "Fier d’être bleu" pouvait-on lire sur l’arc de triomphe dimanche soir. Un sentiment qui a été nourri tout au long de la coupe du monde par le gouvernement et les médias, et que ces derniers exacerbent aujourd’hui en période de post-victoire.

En effet, quoi de mieux qu’une victoire à la coupe du monde de football pour recréer une union nationale autour d’une France en fête, unie, fière, fraternelle. Quoi de mieux pour tenter de transformer le président des riches en un président du peuple, et faire oublier les politiques et polémiques racistes défendues en premier chef par les partis nationalistes comme le Front National et reprises depuis plusieurs années par les autres partis plus « modérés ».

"Parce que c’est notre projet"

A peine la victoire confirmée, les joueurs, de Griezmann à Pogba, "fiers d’être bleus" sont plusieurs à avoir déclaré : "vive la République, vive la France !". Ce sont ensuite des vidéos les montrant bras dessus bras dessous avec le Président qui ont circulé. Ce mardi, l’équipe de retour en France a été reçue à l’Elysée, où Pogba a été filmé entrain de faire un "dab" avec le Président. Toutes ces images ont été utilisées par Macron, toujours accompagné de son fidèle Deschamps, pour promouvoir une France unie au delà des différences.

Mais pas que. En effet, Macron a profité de la victoire de l’équipe de France pour ressortir sa phrase devenue célèbre "parce que c’est notre projet" en s’adressant directement aux vainqueurs. Le projet on le connait : celui de la start up nation qui ne cache rien de moins qu’une libéralisation décomplexée. Et le gouvernement a à cœur d’essayer d’hégémoniser les banlieues autour de ce projet. Quoi de mieux pour cela qu’une victoire de la coupe du monde avec des jeunes issus de l’immigration comme principaux protagonistes ?

Ainsi, l’Elysée a d’une part invité pour l’accueil de l’équipe victorieuse, 1500 jeunes venus des mêmes clubs de foot que les bleus, puis reçu 100 grandes entreprises pour les inciter à recruter dans les quartiers populaires. Il y a quelques mois Macron déclarait : "Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires". Le président veut faire croire aux jeunes, ici à ceux nés en banlieue, qu’ils peuvent (par la force dont ne sait quelle volonté) devenir pour quelques uns des footballers professionnels et pour les autres, des entrepreneurs. Mais combien de Mbappé demain pour combien de chômeurs ou de jeunes avec un, voire plusieurs, emplois précaires ?

Banlieue, plus de chômeurs que de vainqueurs de la coupe du monde

La victoire des bleus a aussi été l’occasion de braquer les projecteurs sur une ville comme Bondy d’où vient Mbappé, sur son club de foot et ses jeunes joueurs. La République française n’aurait donc pas abandonné ces villes de banlieue parisienne, ni leurs jeunes, et tente d’ériger Mbappé et les autres comme "modèles". Le message envoyé est clair et se veut plein d’espoir pour la jeunesse des quartiers populaires : il est possible de réussir en France quand on est talentueux et qu’on travaille quel que soit l’endroit d’où l’on vient et sa couleur de peau. Mais la réalité est toute autre.

En effet, si Bondy est la ville de Mbappé dont beaucoup de Bondinois saluent la réussite, elle est aussi l’une des villes du département de Seine-Saint-Denis qui a l’un des taux de pauvreté les plus élevés de France et où 37% des jeunes sont en chômage quand, près de la moitié des 18-24 ans ne vont plus à l’école (48 %).

Elle est aussi celle où Mokhtar Bakli a été tué d’une balle dans la nuque par deux gendarmes en 2003. Parce que la république française et sa police ne sont pas aveugles à l’origine et à la couleur de peau.

Derrière le bleu blanc rouge, le racisme, les discriminations et les violences policières

Comme beaucoup de militants et militantes anti-racistes, tels que Sihame Assbague ou le comité Adama, le rappellent depuis dimanche soir, cette coupe du monde ne doit pas nous illusionner sur le fait que tout irait bien entre la France et les quartiers populaires. Elle ne doit pas nous faire oublier non plus les discriminations à l’embauche, les contrôles au faciès. De même que l’unité nationale, derrière le "vive la République", est utilisée pour nier les violences policières qui frappent les jeunes des quartiers populaires en raison de leur lieu de naissance et de leur couleur de peau.

Ainsi, en pleine coupe du monde, il y a à peine quelques jours, Aboubakar Fofana est mort tué par la police d’une balle dans la gorge. Et le 19 juillet, cette semaine, sera le jour de la commémoration de l’anniversaire d’Adama Traoré mort asphyxié par des gendarmes en 2016. Eux aussi étaient jeunes, aimaient et jouaient au foot et ont été assassinés par des gendarmes de la République française. Et rien ne présage que la situation va changer quand le gouvernement en même temps qu’il mène une cabale contre la famille Traoré, promet de renforcer l’armement des forces de police, et de mettre en oeuvre des réformes (du code du travail, de l’université...) qui vont précariser d’autant plus les jeunes, hommes et femmes, des quartiers populaires. Loin de l’idéal de la start up nation promu par Macron, donc.

Le 21 juillet une marche est organisée pour exiger justice et vérité pour Adama, une marche contre les violences policières, le racisme, qui permettera de montrer le vrai visage de la République française, celle qui organise la précarisation des jeunes issus de l’immigration et des immigrés, celle qui est responsable de la mort d’Adama et des autres.




Mots-clés

Coupe du Monde 2018   /    football   /    Emmanuel Macron   /    Politique