^

Notre classe

EDUCATION

Grève à l’ESPE de Créteil : plus de profs pour former les profs !

Devant l’augmentation massive du nombre d’étudiants et de professeurs stagiaires, alors que les effectifs des formateurs fondent, un appel à la grève a été lancé par les personnels réunis en Assemblée Générale de l’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education (ESPE).

Alors que le ministre de l’éducation Blanquer, ancien recteur de Créteil, fanfaronne et affiche des grands principes – notamment sur la formation des enseignants – sur le terrain – y compris le plus défavorisé – les moyens continuent à fondre partout, y compris sur cette question de la formation des enseignants.

En quelques années, l’ESPE (anciennement IUFM) de l’académie de Créteil a perdu 135 postes de formateurs ! Oui, vous avez bien lu : 135 postes ! Alors que depuis 2012, les effectifs des étudiants et des professeurs stagiaires ont été multipliés par 5 !
L’administration de l’ESPE elle-même reconnaît qu’il manque 58 postes, quand on sait à quel point l’administration de l’éducation nationale est capable de mensonge (Blanquer calomnie ainsi frontalement Sud-éducation 93 et l’attaque même en justice pour diffamation, du jamais vu) et de dissimulation (aucun chiffre par exemple sur les suicides dans l’éducation nationale et surtout pas dans l’académie de Créteil), c’est dire à quel point la situation est critique.
Dans les faits, on peut établir une liste qui donne une image du sous-investissement et du véritable sabotage de l’éducation publique par ceux qui prétendent l’améliorer (alors qu’il la caporalise et la brutalise toujours plus avant) et ce dans l’académie qui souffre le plus des inégalités sociales :

- la disparition des trois visites pour tous les étudiants et stagiaire qui enseignent devant des classes. Les M2 n’en ont plus que deux, les DU (diplôme universitaire) une ou … zéro

- des effectifs d’étudiants en formation jusqu’à 37 par groupe

- un recours massif aux heures complémentaires, en nombre croissant d’année en année

- une formation dérisoire dispensée aux DU dont beaucoup, venant de disciplines éloignées de l’école, n’ont jamais vu de classes.

Les démarches effectuées jusqu’à aujourd’hui (interventions des élus du personnel au Conseil de l’ESPE et au Conseil d’administration de l’UPEC, motions, délégations, pétitions …) n’ayant abouti à rien, les personnels réunis en AG le 11 octobre ont décidé que seule une mobilisation massive des formateurs permettrait d’obtenir satisfaction sur certaines revendications : création immédiate de 12 postes de formateurs et l’adoption d’un plan d’urgence pour obtenir les 58 postes dans les 5 ans, ainsi que la création de postes administratifs, de service et d’entretien et un plan de titularisation des contractuels. Cette première grève soutenue par le SNES-FSU et SUD, se tiendra le jour de réunion du conseil de l’ESPE, pour permettre à tous formateurs, stagiaires et étudiants, personnels administratifs, de service et d’entretien, de manifester devant la salle de réunion du Conseil à l’ESPE de Bonneuil à 13h30. Parallèlement les agents territoriaux des lycées d’Île-de-France, en sous-effectif massif, manifesteront le même jour – et pour des raisons très similaires - devant le siège de la région la plus riche de France.




Mots-clés

Créteil   /    Grève   /    Education   /    Notre classe