^

Politique

Hausse de l’abonnement d’électricité chez EDF : nouvelle attaque envers les plus précaires

Au premier août, le tarif réglementé d’électricité d’EDF, dit tarif bleu, a été baissé de 0,5% hors taxe. Mais cette baisse ne présage des économies d’électricité que pour les plus aisés.

Crédit photo : Sipa

La baisse du tarif de petite consommation de la société EDF, qui concerne actuellement en France 26 millions de personnes, cache en réalité la prochaine augmentation du prix de l’abonnement pour les plus petits consommateurs. En effet, par cette réforme, celui-ci est en passe d’augmenter de plus de 20 euros par an, ce qui n’est pas négligeable pour bon nombre de foyers, qui par les offensives diverses du quinquennat Macron et des précédents, tentent déjà difficilement de joindre les deux bouts et de vivre décemment.

Cela est d’autant plus inquiétant que ces 40% d’augmentation du prix de l’abonnement concernent principalement les tous petits logements, souvent dépourvus de chauffage électrique, c’est-à-dire ceux des plus précaires, soit 1,45 million de personnes.

Il en est ainsi pour les logements étudiants. Après la baisse de 5 euros par mois des aides aux logements étudiants (APL) par le gouvernement Philippe depuis le 1er mars 2018, et leur non revalorisation en octobre 2018, c’est un donc un énième coup dur pour les jeunes précaires, qui voient leur pouvoir d’achat baisser cette année de 80 euros, ce qui n’est nullement négligeable étant donné que 12,5% d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté.

Et l’attaque faite aux classes populaires est d’autant plus clair lorsqu’on voit la double mesure qu’engendre cette réforme au niveau des factures : tandis que la facture annuelle des plus pauvres augmente donc en moyenne de 5%, celle des familles plus aisées et habitant des logements plus spacieux baisse de 0,2% !

Et ceci n’est pas spécifique à l’entreprise EDF, ses concurrents (Eni, Engie) affichant des tarifs d’abonnement encore plus élevés. Mais plus largement encore que le secteur de l’électricité, le niveau de vie des plus précaires ne cesse d’être revu à la baisse, comme le laisse présager par exemple la prochaine réforme des retraites du gouvernement macroniste, qui ne manquera pas elle aussi de s’en prendre à la décence et la dignité des classes populaires.




Mots-clés

Précarité   /    Emmanuel Macron   /    EDF   /    Politique