^

Politique

Comble de l’indécence

"L’immense majorité" des SDF dorment dans la rue "par choix", selon un député LREM

C’est à se demander qui ira le plus loin pour défendre son maître. Alors que Christophe Castaner avait déjà déclaré récemment que s’il y a encore des SDF c’est qu’ils « refusent d’être logés », Sylvain Maillard, autre membre de la garde rapprochée du président et député LREM de Paris déclarait en toute tranquillité et en heure de grande écoute, ce 5 février sur RFI que l’immense majorité des SDF dorment dehors « par choix ».

« Je ne veux plus, d’ici la fin de l’année, avoir des femmes et des hommes dans les rues ». Avec cette promesse de la part d’Emmanuel Macron, on hésitait presque à accuser le président des riches de démagogie. Alors que, bien évidemment, celle-ci n’a pas été tenue et qu’elle est remise en cause par les associations d’aide aux personnes sans-abri cet hiver, Sylvain Maillard était là pour défendre la faute de son maître à penser et de son secrétaire d’Etat devant les médias.

En effet, interpellé la semaine dernière par Léa Salamé sur FranceInter, le secrétaire d’État à la Cohésion des Territoires, Julien Denormandie, avançait comme chiffre à peu près une « cinquantaine d’hommes isolés en Ile de France pour être précis » qui dormiraient dehors. Un chiffre calomnieux absolument scandaleux et pouvant être remis en question par n’importe quelle association chargée du dossier ou ne serait-ce que par n’importe quel piéton dans les rues de Paris le soir. Comme l’indique Marianne, les troupes de Macron se sont, donc lancées dans un festival d’anêries dans lequel Sylvain Maillard a, pour sa part, excellé dans le pitoyable.

Ce chiffre ne correspondrait en réalité qu’aux demandes « non pourvues » selon plusieurs sources confirmées par le Monde, c’est à dire le nombre de personnes n’ayant pas eu de place au sein du SAMU Social, rien à voir donc avec la réalité du nombre de SDF dans les rues d’Ile de France. Mais la manipulation va plus loin : affirmez avec force un mensonge vous en ferez une vérité.

Sylvain Maillard, a de son côté parlé de « choix » de l’immense majorité des SDF. Bien sûr, ce n’est pas l’État qui ne les loge pas, ce sont les sans-abris qui refusent son aide. Membre du gouvernement chargé officiellement du dossier, son utilisation de chiffres absurdes en heure de grande écoute à la rescousse de J. Denormandie parle « d’imprécision », de faute du « micro », souriant de mépris, « Mais en tout cas, la réalité elle est là, le chiffre est exact, c’est 50 dossiers sur lesquels nous n’arrivons pas à donner une solution positive, favorable à la mise en abri ». Après déjà avoir affirmé son soutien à de faux chiffres sans le moindre retour critique, il se décide à affirmer à travers sa présence en tant qu’élu de Paris « Je suis aussi un élu local parisien et ce qu’il faut savoir, c’est que même dans les cas de grand froid, certains SDF ne souhaitent pas être mis à l’abri (…), c’est leur choix » En effet, il existe des cas particuliers rencontrés par les associations de sans abri qui refusent le logement, et représentants d’une minorité. Maillard va donc plus loin que défendre son compère : en plus de justifier la méconnaissance totale d’un dossier soi-disant brûlant du gouvernement par ses chargés politiques, il s’adonne même à une surenchère mensongère et extrêmement grave.

Crédits photos : Capture d’écran Dailymotion/RFI




Mots-clés

SDF   /    Politique