^

Société

Rome antique et fêtes lupercales

L’origine de la Saint-Valentin : sacrifice et sadisme

On pense souvent que la fête des amoureux trouve son origine dans le martyr de Saint-Valentin. Le pape François lui-même revendique la « re-christanisation » de cette fête : en 2014, il invitait les fiancés qui le souhaitaient à venir le rencontrer au Vatican pour recevoir un « message d’amour », dans lequel il a dénoncé l’usage commercial qui était fait du « jour des amoureux ». Dans le passé, cette date était la commémoration d’une des plus grandes fêtes païennes de l’Italie antique : les Lupercales.

Traduction de La Izquierda Diario

Evandre, fils de Mercure et d’une nimphe, a emmené les premiers italiques au mont Palatin où il a fondé la ville du même nom qui sera l’ancêtre de Rome. C’est ce roi mythologique qui a ordonné l’instauration d’un festival où se mélangeaient les traditions ancestrales de la chasse et de la transhumance (le berger nomade), et les rituels les plus complexes des sociétés sédentaires. Toujours est-il que dans l’hémisphère nord, le 15 février marque la fin de l’hiver et le début du printemps. Pour les peuples antiques, la période où il allait falloir commencer à travailler la terre pour la cultiver approchait. Les rituels sacrificiels de la fertilité, qui visaient à bénir la terre, étaient d’une importance centrale pour la survie dans un monde où une sécheresse ou une épidémie de peste pouvaient être synonyme d’anéantissement.

Les italiques sont arrivés dans la région du Latium avec leurs dieux, et ils ont adopté aussi le culte des divinités grecques, très reconnues dans le bassin méditerranéen. Parmi ces dieux, il y avait le dieu Pan, un faune (une créature mi-homme, mi-chèvre) doté d’un grand appétit sexuel et grâce à qui, d’après la tradition païenne, nous connaissons aujourd’hui les secrets de l’agriculture et de l’élevage. Un Prometée obscène, que les peuples antiques du Latium vénèraient par de grandes festivités sexuelles, en le rebaptisant “Faune Lupercus”. C’est lui qui avait trouvé Romulus et Rémus dans une grotte sur le mont Palatin. La tradition la plus antique affirme qu’il s’est transformé en louve, celle-là même qui avait allaité les bébés pour qu’ils ne meurent pas. C’est en son honneur qu’à partir de cette époque sont célébrées les grandioses Fêtes Lupercales.

Des jeunes, fils de l’aristocratie, étaient sélectionnés après avoir réussi un rituel préalable de passage à la maturité, qui consistait à survivre pendant des semaines hors de la ville, en ne vivant que de la chasse. On appelait ces jeunes les “sodales luperci” (les amis du loup) ou “luperques”, nom qui dérivait de leur comportement “sauvage” pendant leur rite d’initiation. Les Fêtes Lupercales commençaient avec un rite sacrificiel d’animaux domestiques.

Ils commençaient par sacrifier un chien (symbole d’impureté qui mourrait avec l’hiver) et plusieurs chèvres (symboles de la prospérité printanière). Ensuite, les jeunes luperques étaient enduits du sang du chien sacrifié à l’aide du couteau de cérémonie, puis lavés avec un morceau de laine imbibé de lait. A ce moment là éclatait un fou-rire collectif qui lançait les festivités. Le cuir des animaux sacrifiés était découpé en fines bandes, appelées “fabruas”, que les luperques utilisaient pour fouetter les convives. Tout au long de la fête, on consommait la viande des chèvres sacrifiées, et de grandes quantités de vin.

Le fait d’être fouetté par les luperques avec le cuir des animaux sacrifiés supposait une purification du corps et de l’esprit pour les hommes, et un réveil de l’appétit sexuel et une meilleure fécondité pour les femmes. On appelait ce geste “februatio”, un mot dérivé de « pureté » en langue Étrusque. Ce rituel n’était aucunement associé au martyre, mais bien au contraire, à une activité sexuelle collective effrénée, propice à la fertilité. Ce n’est pas anodin si au moment où les romains devenaient une puissance impérialiste (qui obtenait ses ressources d’autres pays ou royaumes), les fêtes lupercales ont commencé à être dénoncées comme scandaleuses par les mêmes classes dominantes qui des siècles durant les avaient organisées. Elles ont finalement été interdites par l’empereur chrétien Théodose en 345 de notre ère, qui a dans le même élan interdit tous les cultes païens, instaurant ainsi une tradition d’intolérance religieuse qui perdure jusqu’à nos jours.

Ainsi, la Saint-Valentin s’est transformée en une fête des amoureux purement commerciale que beaucoup d’entre nous ne fêtons pas. Mais pour celles ou ceux qui la fêtent, on peut souhaiter que cet article suscite des cadeaux plus originaux (et amusants) que des fleurs ou des chocolats.




Mots-clés

Société