^

Politique

Il y en a qui ne manquent pas d’air !

La direction du PS veut manifester le 12 contre la Loi Travail 2. De qui se moque-t-on ?

Il y en a qui ont la mémoire courte. Ou qui ne manquent pas d’air. Ou les deux à la fois. Enlisé comme jamais, complètement fracturé, au bord de la disparition, le PS a annoncé qu’il manifesterait le 12 septembre contre la Loi Travail XXL de Macron. C’est un peu vite oublier qu’il ne s’agit que du complément de la Loi El Khomri que la majorité du PS a soutenu sous Hollande, lorsque Macron était son ministre…

Photo : Des dégradations sur la façade de la fédération du Parti socialiste à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 7 avril 2016. (MAXPPP)

A la recherche d’un nom
Le PS ne sait plus comment faire pour que l’on parle de lui. Il y a eu la fausse-bonne idée de Stéphane Le Foll, le dernier fidèle de François Hollande, de proposer un changement de dénomination du parti, au profit, tout simplement, de « Les Socialistes ». Manque de pot, le nom avait déjà été déposé au registre de la propriété industrielle par Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris. La nouvelle bonne idée, c’est donc d’appeler à manifester, avec les syndicats, le 12 septembre, en taclant au passage le personnalisme de Jean-Luc Mélenchon, puisque la France Insoumise appelle à se mobiliser le 23.

En quête d’une manif
Après que Le Foll ait rappelé, le 23 août, sur BFMTV, s’opposer à la refonte de l’Impôt Sur la Fortune (ISF) car il y aurait dans la « concentration du patrimoine et du capital un risque majeur pour l’économie de manière générale » ; après que Hollande lui-même soit sorti de sa réserve en critiquant les « réformes » de Macron qui demanderait « des sacrifices non nécessaires » aux Français ; pour ce qui est du 12, François Kalfon a souligné, dans L’Opinion, journal de droite s’il en est, que le « le PS sera aux côtés des salariés dans cette mobilisation, ainsi qu’au parlement ». A la direction du parti, rue de Solferino, tout le monde acquiesce : oui, le PS sera bien dans la rue, le 12.
Le PS serait donc redevenu de gauche ? C’est un peu vite oublier la responsabilité écrasante de l’appareil socialiste et de ses députés dans le soutien à cinq années de hollandisme qui ont ouvert la voie au macronisme. Dire que l’on va s’opposer à la Loi Travail XXL alors que la grande majorité des députés ont voté la Loi El Khomri, c’est prendre les travailleurs et la jeunesse pour des imbéciles.

Le PS n’a rien à faire dans la rue, le 12 !
Et les socialistes ont beau jeu de critiquer le jeu personnaliste de Mélenchon, pour le 23. « Mélenchon, pourquoi il ne se joint pas aux syndicats ? Qu’est-ce qu’il veut démontrer ? » s’interroge ainsi, sur BFMTV, le député socialiste Luc Carnouvas. Même son de cloche du côté de Le Foll, celui qui, il y a quelques mois à peine, défendait l’abstention lors du vote de confiance du gouvernement Philippe pour « donner sa chance à Macron ».

Qu’il soit nécessaire d’exiger aux organisations syndicales et politiques du monde du travail, qui s’opposent à cette Loi Travail bis, de décider d’un calendrier commun pour frapper ensemble et un grand coup, dans la durée, contre ce gouvernement, est une chose. En ce sens, l’enjeu est à la construction d’un front unique pour battre en brèche le gouvernement. En revanche, la direction et les apparatchiks du PS, ceux-là mêmes qui ont voté le CICE, l’état d’urgence et la Loi El Khomri, qui ont soutenu sans vaciller pendant cinq années Hollande et ses coups de matraque n’ont rien à faire dans la rue à nos côtés.

Que des militants se mobilisent, le 12, c’est leur droit. Que les éléphants du PS entendent défiler le 12, à nos côtés, ce n’est pas tout à fait pareil… Si d’aventure, au-delà du coup de buzz médiatique de l’annonce faite par Kalfon et d’autres, l’idée leur traversait sérieusement l’esprit, il y a fort à parier que des cortèges entiers de manifestants sauraient leur rappeler, comme il se doit, ce qu’on leur doit.
Dans ce front unique à construire entre l’ensemble des organisations syndicales et politiques du monde du travail, de la jeunesse et des classes populaires pour frapper en commun contre Macron, ses ordonnances et sa Loi El Khomri puissance 10, inutile de préciser que le PS, de par son évolution et son histoire récente, ne saurait en faire partie.




Mots-clés

Loi travail 2   /    PS   /    Politique