^

Genres et Sexualités

Je ne voterai pas homophobe

Lancement d’un mouvement gay de soutien à François Fillon

François Fillon, qui n'en est plus à une contradiction près, se voit offrir un soutien bien singulier : son équipe de campagne vient de donner son accord au lancement d'un mouvement gay pro-Fillon. Celles et ceux qui connaissent son programme réactionnaire ont pu croire à un article du Gorafi, c'est pourtant le Figaro et le Canard enchainé qui confirment l'information... Léonie Piscator

Benoît-Olivier Boureau, soutien actif du candidat des Républicains et banquier chez Rothschild, est à l’initiative. Le mouvement gay pro-Fillon viendra s’ajouter à un dispositif de campagne pourtant habituellement plus proche de Sens Commun, une émanation de la réactionnaire Manif Pour Tous. Par ce biais, l’équipe de campagne du candidat mis en examen pour détournement de fonds publics et recel d’abus de biens sociaux tente de redorer un peu son image et de grappiller quelques voix.

François Fillon, fervent opposant aux droits des LGBTI


Cette énième pirouette ne fera certainement pas oublier qu’en 1982 François Fillon votait contre la dépénalisation de l’homosexualité, et que depuis il s’est également opposé avec ferveur au PACS puis au mariage pour tou.te.s. Le candidat des Républicains s’est même engagé à revenir sur la loi Taubira s’il était élu, s’opposant ainsi à l’adoption pour les couples de même sexe et s’oppose fermement à la PMA (Procréation médicalement assistée) pour les couples lesbiens. Egalement opposé aux droits des femmes à disposer de leur corps, et notoirement anti-avortement, François Fillon est le candidat sexiste et homophobe par excellence. On se souviendra notamment de la réponse qu’il avait faite à un journaliste lui demandant s’il avait envie d’être président, arguant que la formulation laissait à penser que « la France est un pays à prendre, comme une femme au fond ».

Depuis le début de sa campagne, il peut compter sur le soutien de Sens Commun, une émanation de la Manif Pour Tous, et qui a appelé à voter pour lui. Pierre Danon, directeur du pôle société civile de la campagne de François Fillon, est lui-même membre de Sens Commun ; et Samuel Lafont, homophobe notoire, militant du Printemps Français (branche radicale de la Manif Pour Tous) et proche de Christine Boutin, fait également partie de son équipe de campagne, affecté aux réseaux sociaux dans ce même service. L’ironie réside dans le fait que Benoît-Olivier Boureau, en charge du mouvement « les gays avec Fillon », travaillera dans le pôle société civile également. Pierre Danon s’est d’ailleurs déclaré « ravi d’accueillir cette initiative et de le publier si elle est solide et sérieuse, ce dont je ne doute pas. »

Instrumentalisation des luttes féministes et LGBTI


Avec ce nouveau mouvement de soutien, François Fillon n’en est pas à son coup d’essai. Avec le mouvement « les femmes avec Fillon », lancé il y a plusieurs mois, l’équipe de campagne de ce dernier avaient déjà prouvé qu’ils étaient tout à fait capables d’instrumentaliser des luttes centrales pour « gauchiser » l’image de leur candidat. Et ce, même si les propositions programmatiques de fond sont en réalité nauséabondes de conservatisme, réactionnaires au plus haut point. Penelope Fillon, qui est la porte-parole des « femmes avec Fillon », avait d’ailleurs précisé le projet en expliquant que « souvent, la charge de travail des femmes est double du fait du cumul de leur activité professionnelle et de leur statut de mère. D’une certaine manière, elles ont deux emplois. Il est donc indispensable pour aider ces femmes d’accentuer les efforts en matière d’aménagement du travail (mi-temps, travail à distance) et de prise en compte de leurs responsabilités familiales ». Il s’agit en somme de renvoyer les femmes au foyer, en leur rappelant que leur première responsabilité est avant tout de faire la cuisine et d’élever les enfants…

En ce qui concerne « les gays avec Fillon », il s’agit surtout des derniers soubresauts d’un candidat décrédibilisé pour casser son image de grand bourgeois rétrograde. Mais aussitôt que les présidentielles seront passées, il y a fort à parier que les femmes et les personnes LGBTI seront toujours les premières à morfler.




Mots-clés

La Manif Pour Tous   /    homophobie   /    François Fillon   /    Genres et Sexualités