^

Politique

Révélations de Médiapart

Le selfie de Benalla, l’arme braquée sur une serveuse

Médiapart a retrouvé un selfie montrant Benalla, entouré d’autres hommes de main de Macron, pointant une arme sur une serveuse. La photo date de la campagne présidentielle.

Après 147 minutes d’audition devant les sénateurs, mercredi dernier, nous voilà face au dernier rebondissement du scandale Benalla. Bien qu’ayant juré de ne dire « que la vérité, toute la vérité », il faut croire que le bras droit de Macron a encore menti. Mediapart est à l’origine de cette nouvelle révélation, celle d’un selfie montrant Benalla, alors que Macron est encore candidat, aux côtés d’autres hommes de main du futur président, entourant une serveuse. Sauf que celui-ci annonce lui avoir réservé une « surprise », visiblement très fier de lui. La serveuse découvrira plus tard qu’il pointe une arme sur elle.
 
Selon la version officielle, c’est pour sa « sécurité personnelle » que Benalla a obtenu un port d’armes après son arrivée à l’Elysée. Il a affirmé à plusieurs reprises ne jamais avoir été armé avant l’élection, malgré ses demandes répétées. Le permis de port d’armes ne lui aurait été octroyé que le 13 octobre 2017 et s’il a été autorisé à détenir des armes pendant la campagne, cette demande aurait été limitée au QG d’En Marche ! Lorsque les journalistes du monde lui demandent s’il l’a portée à l’extérieur, celui-ci répond immédiatement, outré : « Non, jamais. On n’est pas mabouls, il y a un risque pour la réputation du candidat ! ».
 
Pourtant, Médiapart prouve l’inverse : la photo en question date du 28 avril 2017. Malgré les dénégations de Benalla et de son avocat, elle n’est pas retouchée et les faits semblent difficilement contestables. Au contraire, Médiapart fait état des démarches acharnées de Benalla et de son acolyte Vincent Crase pour obtenir des armes : pistolets, lacrymos, boucliers anti-émeutes. De véritables fanatiques des armes à feu et de la matraque comme « collaborateurs du président ».
 
Pourtant plusieurs mois après les révélations du Monde, l’Elysée ne parvient pas à éteindre l’incendie. Chaque jour constitue pour l’exécutif la menace de voir affichée au grand jour la réalité d’un système structurellement corrompu où les classes dominantes vivent dans l’impunité la plus totale.




Mots-clés

Affaire Benalla   /    Emmanuel Macron   /    Politique