^

Monde

Travailleurs de tous les pays...

Les travailleurs français et belges ensemble contre la loi des patrons

La lutte contre la précarité et l’exploitation est internationale : les Français et les Belges l’ont bien compris tant la loi Travail française et la loi Peeters se ressemblent. Ils ont ainsi organisé une opération coordonnée de blocage de l’autoroute à la frontière franco-belge : d’un côté comme de l’autre, la lutte continue ! Arthur Nicola

Ce jeudi 9 juin, à l’appel notamment de la CGT côté français et de la FGTB (Fédération Générale du Travail en Belgique) côté belge, les travailleurs des deux pays ont bloqué l’autoroute A22 au niveau de Rekkem dans le Nord, près de la frontière. Les 1000 manifestants ont organisé un barrage filtrant, une distribution de tracts pour expliquer et signifier que tous les travailleurs en Europe et dans le monde sont attaqués par des lois qui cherchent à les rendre plus flexibles pour les rendre plus rentables.

Il faut en effet voir que c’est une attaque généralisée en Europe contre le droit des travailleurs qui est en train de se produire : en Belgique, la loi Peeters cherche à augmenter le temps de travail et l’annualiser, et ce, sous la bénédiction de la Commission Européenne. On se rappelle ainsi Jean Claude Juncker, en visite à Paris, expliquant que « Le projet de loi, tel qu’il est conçu, à condition que l’article 2 arrive à survivre, est une réforme qui va dans le bon sens. Ce n’est tout de même pas une réforme monstre, pas un attentat contre le droit du travail français. » Face à cette attaque coordonnée contre les travailleurs, notamment par le lobby patronal européen BusinessEurope (par lequel parle le Medef français), les syndicats des différents pays répondent par la solidarité internationale des travailleurs : la FGTB a ainsi adressé une motion de soutien aux syndicats français en lutte. Dans la même dynamique, les cheminots et éboueurs en lutte ont adressé un message de soutien vers les cheminots belges, eux aussi attaqués sur leurs conditions de travail.

Cette action unitaire entre travailleurs français et belges est une action exemplaire, qui vient casser tous les préjugés nationalistes et rompre avec la compétition que nos gouvernements, de part et d’autre de la frontière, cherche à imposer entre nous. La concurrence et la compétitivité entre travailleurs français et belges ne servent qu’un intérêt : celui des patrons ! Alors que commence la coupe d’Europe de football, ce bel exemple de lutte commune peut fredonner avec fierté, contre leurs hymnes nationalistes, la chanson de l’Internationale.




Mots-clés

précarité   /    Belgique   /    Économie internationale   /    Syndicat   /    Monde