Genres et Sexualités

Béziers

Liberté-Egalité-Fidélité. Robert Ménard détourne la campagne contre le SIDA

Publié le 29 novembre 2016

Xavier D.

La semaine dernière, les affiches de prévention contre le SIDA à destination des personnes gays lancées par le gouvernement, en plus d’être présentes sur les panneaux publicitaires des murs de l’Hexagone, faisaient le tour des réseaux sociaux en raison des émois réactionnaires et conservateurs qu’elles avaient suscitées chez Les Républicains. C’est aujourd’hui l’extrême droite qui s’en empare. Notamment le Maire de la ville de Beziers, Robert Menard, qui lui ne s’est pas contenté de les enlever mais les a parodié.

Même format, même code graphique, mais.. Diamétralement opposées

A croire que la pétition en ligne lancée par Frédéric Poisson, grand perdant des primaires à droite, ou encore le retrait imposé des affiches de campagne du site géré par Santé Publique France SexoSafe.fr par les maires de plus d’une dizaine de ville ne suffisait pas. Robert Ménard, Maire FN de la ville de Bezier, notamment connu pour sa grande tolérance et son progressisme en fait toujours plus. Il a donc opté, lui, pour les détourner.

A ce jeu là, on peut dire que ce Mariniste se situe parmi les champions. Il y a quelques mois déjà, on s’effarait des panneaux publicitaires parés de « Désormais, la police municipale a un nouvel ami », slogan fièrement accompagné d’un pistolet, vantant les nouvelles mesures d’armement des policiers, mais aussi plus récemment de sa campagne raciste anti-migrants « L’Etat nous les impose, ça y est, ils arrivent ! Les migrants dans notre centre ville » ayant vocation à effrayer les habitants de Béziers quant à l’annonce d’une augmentation des places d’accueil des migrants dans la ville.

Sa dernière perle fleurit donc dans les rues de Béziers. Même format, même codes graphiques que les affichent que tout le monde connaît dorénavant, mais pourtant diamétralement opposées. Retour à la « droite des valeurs » incarnée notamment par la figure de François Fillon qui vient de remporter la primaire de la droite. Il n’y a donc plus deux hommes qui figurent sur l’affiche mais bien un homme, en costume, élégant et viril et une femme, belle et féminine. Qui s’enlacent, se regardant les yeux dans les yeux. La profondeurs de leurs sentiments est palpable, c’est profond, c’est sérieux. Cela ne s’appelle pas du « sexe entre hommes » mais de l’amour. Ce n’est ni « un coup d’un soir », ni un « coup d’essai » mais l’histoire d’une vie, l’abnégation totale « aimer, se donner, tout donner ». La devise de la République « « Liberté, Egalité, Fraternité » est ici détournée « Liberté, Egalité, Fidélité ». D’une campagne de prévention publique voulue par le gouvernement face à l’inquiétante recrudescence du VIH en France, Robert Ménard préfère donc une promotion du seul mariage hétérosexuel, de la monogamie et de la fidélité, comme le souligne à juste titre le magazine Têtu. Pas un seul mot sur la nécessité d’avoir des rapports protégés. Pas un seul mot sur la diversité des relations amoureuses. Pas un seul mot sur la diversité tout court. A croire donc que la meilleure prévention contre les MST serait la fidélité.

Pour Ménard décidément, on peut décidément faire toutes les provocations, et ce même quand il s’agit de traiter d’un sujet aussi grave que le SIDA. Une indécence qui prêterait à rire jaune, si l’heure n’était pas au soutien aux LGBT face à cette politique odieuse, et à resserrer les rangs face aux projets de la droite et de l’extrême-droite, dont le PS et ses trahisons au pouvoir a pavé le chemin.