^

Politique

Violences policières

Mehdi, 21 ans, sauvagement tabassé par la police : “Je ne faisais que filmer…"

La scène laisse sans voix. La vidéo montrant le tabassage sauvage d’un homme à terre, à coups de pieds et de matraques, par 8 policiers, suscite l’indignation depuis sa publication sur le compte Twitter du journaliste Nicolas Grégoire dimanche matin. La victime, c’est Mehdi, 21 ans. Le Monde a recueilli son témoignage, dans sa chambre d’hôpital.

Alors que la journée de mobilisation massive des gilets jaunes ce samedi 1er décembre a été celle de toutes les violences de la part des forces de police, la lumière se fait peu à peu sur cette répression sauvage, à mesure que les témoignages amoncelés sur les réseaux sociaux viennent confirmer qu’on n’est ni face à un film de fiction, ni pris au piège d’une “FakeNews”. La violence est bien réelle, et certainement pas du fait de ceux qui réclament plus d’équité sociale. S’il fallait encore le prouver, ce qu’il est arrivé à Mehdi finira de convaincre, on l’espère, ceux qui gardent l’espoir que la police pourrait être “leur côté” quand ils se soulèvent contre l’ordre établi.

On remerciera le riverain saisi du réflexe de filmer la scène de violence policière se déroulant au pied de chez lui, dans le 8e arrondissement parisien, ce samedi à 19h30. Car sans cette vidéo, la parole de Mehdi aurait sans doute été reléguée aux oubliettes et son dossier “classé sans suite” par l’institution policière et judiciaire. C’est sans doute aussi grâce à cette vidéo que depuis sa chambre d’hôpital, à la Pitié-Salpêtrière, Mehdi a trouvé le courage de parler, face caméra, malgré un visage tuméfié et une fracture de l’orbite gauche qui lui empêche d’ouvrir l’oeil.

Voici son récit :

“J’étais avec mon ami. J’étais en train de regarder ce qui se passait. Parce que j’avais vu aux informations… Je voulais filmer un peu avec mon téléphone. J’étais en train de filmer. Je ne faisais que filmer ce qui se passait. Les gens étaient en train de casser les vitrines, de brûler les voitures,... Ensuite, des gyrophares ont déboulé de partout. J’ai couru avec un groupe. On a tous commencé à courir mais on s’est fait bloquer par une voiture. J’ai fait marche arrière. Quand j’ai fait marche arrière, il y avait d’autres voitures. Et tous ceux qui étaient entre la première voiture et la dernière voiture, ils sont tous partis dans des coins.

Il y en a qui se sont cachés dans des bâtiments, d’autres qui sont partis à droite, à gauche,... Après j’ai senti que des coups venir. Et après je me souviens de rien. Et après dans le car de police, je me suis mis à vomir du sang. Et c’est quand je me suis mis à vomir du sang qu’ils ont appelé les pompiers. Ils ont vu que c’était vraiment dangereux. Et après ils ont appelé les pompiers et ils m’ont amené à l’hôpital.”

Nous apportons tout notre soutien à Mehdi et lui souhaitons un prompt rétablissement. D’ici là, nous continuons à inviter nos lecteurs à nous transmettre leurs témoignages, coups de gueule, photos et vidéos à propos des violences policières et gouvernementales, en nous écrivant par mail à siterevolutionpermanente@gmail.com ou par message privé sur les réseaux sociaux.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Témoignage   /    Vidéo   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique