^

Jeunesse

Communiqué des grévistes

Menace d’intervention des forces de l’ordre au Mirail ! Appel à soutiens !

Nous relayons ci-dessous le communiqué rédigé par les personnels et étudiant.e.s mobilisé.e.s du Mirail, actuellement sous la menace d'une intervention policière.

L’Université du Mirail (Jean Jaurès) est en grève depuis plus de 3 mois contre la fusion des universités toulousaines et contre la loi ORE. Après une première victoire avec la non attribution du financement IDEX, la ministre de l’Enseignement Supérieur Frédérique Vidal a déclaré l’université « ingouvernable ». L’ensemble des conseils centraux de la fac, dont le conseil d’Administration, ont été dissous. L’Université du Mirail a été placée sous tutelle et les personnes mobilisées sont désormais sous la menace d’une intervention policière.

Alors qu’une journée de grève et de convergence est prévue ce jeudi 22 mars, et qu’une mobilisation nationale se dessine dans la jeunesse contre Parcoursup et le Plan Etudiants, le gouvernement tente d’abattre la mobilisation au Mirail et d’en faire un exemple. C’est sans compter sur notre détermination et sur la solidarité de l’ensemble du mouvement social. En effet des initiatives de soutiens sont d’ores et déjà organisées à Paris, Bordeaux, Rennes Nantes, Clermont-Ferrand, et Lille mais aussi à l’international à Barcelone ou encore à Madrid.

Nous, étudiant.e.s et personnels mobilisé.e.s, déclarons que l’université du Mirail est désormais occupée contre ce véritable coup de force de l’État. L’Assemblée Générale prévue ce jeudi 22 mars a 10h se tiendra dans tous les cas pour décider collectivement des suites de la mobilisation. Enfin, nous maintenons notre appel à la Coordination Nationale Étudiante du 24 mars à la fac du Mirail.

Nous appelons l’ensemble des organisations syndicales, politiques, associatives, mais aussi l’ensemble des pôles d’enseignements et des lieux de travail à faire front et à prendre position publiquement contre la répression dont nous sommes victimes et à organiser partout des actions de représailles. En effet, c’est bien le même gouvernement qui nous réprime et qui s’en prend aux cheminot.e.s, aux travailleur.euse.s de la santé, aux fonctionnaires, aux travailleur.euse.s du privé, retraités, chômeur.euse.s et aux jeunes. Nous nous donnons rendez-vous ce jeudi partout en France !




Mots-clés

Fusion des universités   /    Sélection à l’université   /    Mirail   /    Toulouse   /    Université   /    Jeunesse