^

Monde

« Quand c'est la même race, ça va »

Mondial 2018. Une députée russe exhorte ses concitoyens à ne pas coucher avec des supporters étrangers

Le 13 juin dernier, la députée russe Tamara Pletneva s'est « lachée », sur les ondes d'une radio locale. Pour elle, hors de question que les locaux couchent avec des supporters étrangers.

crédit photo : Imago / Panoramic

« Je ne suis pas nationaliste » a indiqué Tamara Pletneva lors de son interview à la radio russe Govorit Moskva. Elle fait bien de préciser. En effet, sur ces même ondes et quelques secondes auparavant, la députée de 70 ans, à la tête du comité de la Famille, des femmes et des enfants (sic) s’était fendue d’une déclaration on ne peut plus xénophobe. Comme relaté dans le Canard Enchaîné, la députée a ainsi exhorté les Russes à ne pas coucher avec des supporters étrangers. « Quand c’est la même race, ça va, mais quand on mélange les races, on produit des enfants qui souffrent beaucoup dans notre pays, et depuis très longtemps. Il vaut mieux que les Russes aient des enfants russes. Ambiance.

Bien heureusement, ces propos ont déclenché une vive indignation sur les réseaux sociaux, d’anonyme comme de personnalités. Il faut dire que les autorités russes ont fait, en façade, de la lutte contre le racisme l’un des mots d’ordre du mondial 2018 !

Il faut dire qu’à la sortie de « l’ère soviétique », et après la période chaotique qu’a représenté le règne d’Elstine, Vladimir Poutine a largement véhiculé un patriotisme xénophobe afin d’assoir son pouvoir. Les propos de Tamara Pletneva vont un peu plus dans le sens de ce tournant nationaliste et réactionnaire initié au début des années 2000. Ils ont le mérite de pointer du doigt et d’afficher aux yeux de tous l’hypocrite discours que tient Moscou sur sa prétendue « lutte contre le racisme » à l’occasion de cette Coupe du Monde 2018.




Mots-clés

Coupe du Monde 2018   /    Vladimir Poutine   /    Racisme   /    football   /    Russie   /    Monde