^

Politique

L'Elysée tente de déminer

Pognon de dingue : 180.000 euros d’argent public prévus pour un duplex de 200m² pour Benalla ?

L’affaire Benalla éclabousse encore une fois l’Elysée. Comme en informait le journal L’Express ce lundi 23 juillet, Alexandre Benalla devrait bénéficier d’un duplex de 200 mètres carrés au quai Branly après 180.000 euros de travaux. L'Elysée dément, affirmant que les travaux avaient été décidés le 10 novembre 2017.

Tel que le révélait le Monde, Alexandre Benalla dispose depuis le 9 juillet d’un logement de fonction quai Branly, face à l’Élysée. Un discret logement mis sous le feu des projecteurs à l’époque où on avait appris qu’il servait de résidence à Mazarine, la fille cachée de Mitterrand.

Cependant, les révélations sur ce dossier continuent à s’enchainer et éclaboussent encore une fois l’Élysée. Tel que le révélait L’Express ce lundi 23 juillet, « un budget de 180.000 euros aurait été prévu afin de réunir deux appartements pour Alexandre Benalla et en faire un duplex, d’une surface de près de 200 mètres carrés ».

L’Élysée, mis à mal, a rappelé le journal en fin de journée pour affirmer que ces travaux avaient été décidés avant qu’Alexandre Benalla n’obtienne ce logement. « Le service de conservation des résidences présidentielles prévoit régulièrement des travaux d’entretien. En 2017, la rénovation complète de quatre appartements sur le site de l’Alma a été décidée, avant l’arrivée de Benalla", assure le « château » à l’Élysée, niant par ailleurs la "réunion d’appartements en duplex". Par ce démenti, l’Élysée reconnaît pour la première fois, même implicitement, la mise à disposition d’un logement de fonction pour Alexandre Benalla. Le journal, de son côté, a continué à maintenir l’information sur la création du duplex et a ajouté qu’ « en tout cas, si les travaux n’avaient consisté qu’en une simple rénovation ou ripolinage, la somme de 180.000 euros apparaîtrait comme encore plus démesurée ».

Cette révélation apparait seulement un mois après qu’on ait appris que le gouvernement a intégré une nouvelle baisse de 5 euros des APL, passée inaperçue au moment du vote du budget 2018, et qui s’ajoute à la baisse de 5 euros intervenue en 2017. L’État, au service des intérêts des plus riches comme l’a fait Macron en cherchant à supprimer l’Impôt sur la Fortune, doit nécessairement veiller sur ceux qui, comme Benalla, organisent et exécutent la répression contre ceux qui perdent à chaque réforme du gouvernement : les travailleurs et les classes populaires qui, comme plusieurs fois chaque année, étaient dans la rue le 1er mai.

Crédits photos : Alain Jocard AFP




Mots-clés

Affaire Benalla   /    Politique