^

Politique

« Au nom de la bourgeoisie »

Poutou « en pyjama ». Le mépris de classe version Le Pen

Il ne fait aucun doute que lorsqu'on a vécu toute sa vie dans la fortune du clan Le Pen, il doit être difficile d'imaginer faire de la politique dans les habits d'un travailleur « normal », comme l'exprimait Philippe Poutou mardi soir. Difficile aussi de retenir son mépris lorsque l'un d'eux refuse de fermer sa gueule.

C’est sur le plateau de France Info que Marion Maréchal Le Pen a eu l’occasion d’exprimer son dégoût pour le candidat ouvrier anticapitaliste. « Je sais qu’il y a eu une espèce d’enthousiasme généralisé parce qu’il est venu en pyjama et qu’il n’était pas rasé » a-t-elle répondu aux journalistes qui l’interrogeaient sur sa réaction aux attaques de Philippe Poutou lors du grand débat.

En répondant ainsi, la petite-fille du milliardaire Le Pen dévoile au grand jour la manière dont elle considère les travailleurs qui osent s’inviter dans la politique des puissants, par le mépris. Parce que pour elle comme pour le Front National, qui prétend pourtant représenter les « petits » et être le parti des ouvriers, la politique doit rester aux mains de ceux et celles qui peuvent se payer un costume de plusieurs milliers d’euros. Et ce n’est pas un hasard si c’est bien « Poutou en pyjama » et non Marine Le Pen qui ait rappelé à Fillon ses casseroles et son train de vie indécent !

Mais s’il y a eu un « enthousiasme généralisé » pour Philippe Poutou mardi soir, c’est justement parce que, comme rarement, un travailleur a pu dire les quatre vérités à ceux et celles qui nous gouvernent ou y prétendent. En « pyjama » ou en bleu de travail pourtant, c’est bien avec notre propre costume qu’il faudra faire taire tous ceux et celles qui « au nom du peuple » veulent diviser notre camp pour nous faire payer la crise !




Mots-clés

mépris de classe   /    Marine Le Pen   /    #Poutou2017   /    Philippe Poutou   /    Présidentielles 2017   /    Politique