Notre classe

Un secteur de plus en grève illimité ?

RATP. La CGT appelle à la reconductible dès le 2 juin

Publié le 23 mai 2016

Alors que la quasi totalité des raffineries françaises sont à l’arrêt ou en cours d’arrêt, que les routiers sont toujours en grève reconductible et que les cheminots sont, eux aussi, dans une dynamique de grève illimité, voici un nouveau casse tête qui se profile pour le gouvernement. La CGT, majoritaire à la RATP, a appelé à l’arrêt du travail pour une durée illimité à partir du 2 juin !

Julian Vadis

« Le dialogue du gouvernement, c’est le 49-3. Le dialogue de la direction, c’est le relevé de décision. La riposte des agents, c’est la grève. On bloque tout ! ». Difficile de faire plus explicite que ce tract de la section bus de la CGT RATP. Les sources de la colère ? La loi travail et la détermination du gouvernement à imposer sa politique libérale, bien sûr, mais aussi des revendications plus sectorielles. « La direction, soutenue par le gouvernement, persiste à ne pas augmenter la valeur du point statutaire, seule garantie d’une mesure générale sur l’ensemble des salaires », a ainsi déclaré Bertrand Hammache, délégué central adjoint du syndicat, qui réclame « 300 euros d’augmentation » et « le rejet de la loi travail ». Les « besoins légitimes des agents » ne sont satisfaits « ni (par) le projet de loi Travail (...) ni par une augmentation ponctuelle au travers des mesures catégorielles et/ou individuelles » avait ainsi synthétisé la CGT dans son préavis daté du 20 mai.

Ce préavis sonne comme une véritable menace pour le gouvernement notamment avec la grande messe du football européen qui doit prendre ses quartiers dans l’Hexagone à partir de la mi-juin. Un appel coordonné aux côtés des raffineurs, cheminots et routiers aurait certes eu plus d’impact, mais cet appel à la grève illimitée résonne clairement comme un point d’appui supplémentaire pour la convergence et la jonction avec les différents secteurs en lutte pour construire le « tous ensemble » dont Hollande redoute tant.