^

Politique

Violences policières

Dijon. Rassemblement de soutien à Maxime : "une vingtaine de personnes se sont fait démonter"

Ce mercredi 30 mai, dans plusieurs villes de France, des rassemblements ont eu lieu pour dénoncer les violences policières et apporter un soutien à Maxime qui s'est fait arracher la main par une grenade offensive à la ZAD de NDDL. A Dijon, une soixantaine de personnes se sont rassemblées et ont été violemment agressées par les forces de répression. Bilan plusieurs blessés et une interpellation.

Mercredi 30 mai, des manifestations contre les violences policières ont eu lieu dans plusieurs villes de France. Certaines ont été durement réprimées alors même que les rassemblements étaient pacifistes comme à Dijon.

La soixantaine de personnes rassemblées pour apporter son soutien à Maxime qui a eu la main arrachée par une grenade offensive à la ZAD et protester contre les violences policières ont subit le gant de fer des forces de répression.
Alors que le rassemblement se passait déroulait dans une bonne ambiance la police a chargé sans raison faisant plusieurs blessés dont 3 qui ont eu besoin de soins médicaux.

Une personne a été arrêtée sans raison et est toujours ne garde à vue.

Il ne fait pas bon de protester contre les violences policières dans la belle endormie. Le gouvernement et sa milice veulent qu’elle le reste. Cette vidéo de la Coordination Jeunes Dijon que nous relayons montre qu’il ne faut pas que ça soit le cas.
Alors aujourd’hui, jeudi 31 mai rendez vous à 18h devant l’Hôtel de police pour soutenir le camarade en garde à vue , réclamer sa libération et dénoncer la répression et violence policière.

La matraque ne nous fera pas taire, y compris dans la Cité des Ducs !




Mots-clés

NDDL   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique