^

Politique

"A l’évidence on nous ment !"

SUD-Santé AP-HP. Un étudiant de Tolbiac dans un état grave : Rumeur ou mensonge d’Etat ?

Alors que la préfecture continue à nier les violences de l’évacuation de Tolbiac, et continue à affirmer qu'il n'y a aucun blessé, même léger, Sud Santé AP-HP interpelle M. Hirsch directeur général de l’institution, au travers du communiqué ci-dessous, pour exiger qu'il lève le voile sur l'admission d'un étudiant de Tolbiac, gravement blessé lors de l'opération.

Le 20 avril à 5h30, la faculté de Tolbiac est évacuée par les force de police. Les témoignages des étudiants et du voisinage concordant, cette opération ne s’est pas faite dans le calme décrit par les autorités. Les présents décrivent des scènes de violence démesurée, des forces de police armées de fusil d’assaut, ils témoignent de matraquages intenses. Nous n’avons a priori pas de raison de douter de ces témoignages.

Dans ce contexte, plusieurs étudiants présents font part d’un accident grave dont aurait été victime l’un d’entre eux dans le cadre de cette opération des forces de l’ordre. Un homme d’une vingtaine d’année a chuté de plusieurs mètres sur le crâne. La chute entraîne une perte de connaissance immédiate, la victime est évacuée par les pompiers. Nous employons le conditionnel parce qu’aussi étrange que cela puisse paraître, la préfecture nie les faits prétendant que l’évacuation de la faculté n’avait fait aucune victime, aucun blessé pas même léger.

Pourtant de source hospitalière nous savons qu’un patient a été proposé à la grande garde de neurochirurgie mais refusé parce que ne relevant pas de la chirurgie et transféré dans un autre établissement. Les faits sont pour le moins troublants.

A l’évidence on nous ment !

SUD-Santé APHP, dans l’intérêt général, demande que M. Hirsch directeur général de l’institution lève le voile sur cette affaire et communique sur l’admission ou non de ce jeune dans l’un de nos hôpitaux.

Entre rumeur et mensonge d’état, notre institution sortira grandie de faire la lumière.

21 avril 2018




Mots-clés

Violences policières   /    Répression   /    Politique