Monde

Tribune libre

L’exécutif tunisien fait appel à DSK, l’ancien soutien de Ben Ali

Publié le 12 mai 2016

Jadis soutien actif de Ben Ali lorsqu’il était président du FMI, décoré par l’ancien dictateur tunisien, DSK, apprend-on dans Le Parisien, va se pencher « au chevet de la Tunisie » et « mettre ses compétences et son immense carnet d’adresses au service de la Tunisie ».

Source

Cachez cette misère tunisienne que le peuple français ne saurait voir. Cet article de Mediapart date de décembre 2010. En octobre de cette année-là, suite à un entretien avec le premier ministre tunisien, le patron du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, jugeait pertinent de louer la « vision prospective », avant de saluer « les réformes » adoptées en Tunisie, qui ont selon lui « permis au pays de réduire l’impact de la crise financière et économique internationale ». Quelques semaines plus tard, débutait la révolution tunisienne...

Un DSK, on s’en souvient, fut décoré par le président Ben Ali lui-même, comme en témoigne cette vidéo extraite des archives de la télévision d’Etat tunisienne.


Quand DSK soutenait le régime de Ben Ali par Mecanopolis

Mai 2016 : Le même DSK, apprend-on dans Le Parisien, qui vient de fêter ses 67 ans, va se pencher « au chevet de la Tunisie » et « mettre ses compétences et son immense carnet d’adresses au service de la Tunisie. Associé à la banque Arjil, au bureau d’ingénierie tunisien Comète et au groupe Jeune Afrique (pour la communication), DSK a en effet remporté il y a une semaine un appel d’offres important du gouvernement tunisien. Objet : la mise en œuvre et la promotion du plan de développement quinquennal 2016-2020. »

Il faut le lire pour le croire : Sans idée, sans ambition pour le rééquilibrage des grandes disparités régionales, l’exécutif tunisien se tourne donc désormais vers les soutiens de l’ancien régime, qui ont contribué au désastre économique dans lequel se trouve la Tunisie. Mieux : il lui confie l’avenir économique du pays pour les cinq prochaines années. Les milliers de Tunisiens mobilisés à l’hiver 2010/2011 pour faire chuter le régime de Ben Ali apprécieront.