^

Notre classe

STN voyou, Hyatt complice !

Soutien à la Grève Hyatt Vendôme : non à la sous-traitance !

Depuis neuf jours, les grévistes de l’hôtel de luxe Hyatt luttent contre la précarité et pour leur dignité. Déterminés, les grévistes ont reçu le soutien d’autres secteurs, comme ce mercredi 3 octobre où des prises de parole se sont succédées.

Mal aux genoux : il faut payer !

Le secteur du nettoyage est l’un des secteurs les plus précarisés. Le recours à la sous-traitance est devenu une norme ; et les conditions de travail sont quasi-esclavagistes. Face à une précarité accrue et leur dignité bafouée, ce secteur est aussi extrêmement combatif.

Comme l’ont rappelé ce mercredi plusieurs membres de la CGT HPE, lors d’un rassemblement organisé devant l’hôtel, depuis des années, les salariés sous-traitants de l’hôtel de luxe Hyatt, dont la plupart sont adhérents au syndicat, s’organisent pour lutter contre les conditions d’exploitation auxquelles ils font face. Face au mépris des patrons, ils n’ont jamais perdu leur force et leur détermination ; ce qui les a amené à remporter plusieurs victoires, notamment une augmentation de salaire en 2014.

De son coté, la direction de l’hôtel se refuse à ouvrir tout dialogue et a même empêché de faire entrer les représentants du personnel et les délégués syndicaux dans l’hôtel. Les patrons essaient encore de briser la grève en envoyant des femmes de ménage venues d’autres sites pour faire concurrence aux ouvriers en grève, et monter les employés les uns contre les autres en jouant sur la peur du chômage. Ce à quoi s’ajoute la présence quasi permanente des forces de police.

Pourtant, il n’y a rien de nouveau, les revendications initiales n’ont pas changé : la fin de la sous-traitance, l’embauche immédiate par l’hôtel, et l’augmentation de salaires à hauteur de 3€/heure.

La chaîne hôtelière de luxe Hyatt se porte à merveille, avec ses milliards de bénéfices et ses projets de constructions d’hôtels. En même temps la direction nie des droits basiques à ses salariés et les maintient dans un quasi esclavage en ayant recours à la sous-traitance.

Tous ensemble ! Tous ensemble !

En soutien à la grève, les tours de parole d’autres secteurs se sont multipliés : plusieurs interventions de la CGT HPE, de Nora délégué du personnel CGT HPE de la société de sous traitance STN, de différentes sections de la CGT, ou encore Laura pour Sud Rail et Clémentine Autain députée LFI.

Était également présent en soutien à la grève un personnel administratif de l’Université Paris 1, en grève depuis 16 jours pour la réintégration de de deux collègues dont le CDD n’a pas été renouvelé pour cette nouvelle année scolaire, pour montrer que la lutte contre la précarité imposée à marche forcée par Macron nous concerne tous.

Enfin, Fernande Bagou, une des grévistes victorieuse contre le géant de la sous-traitance de nettoyage Onet pour la SNCF, a notamment insisté sur l’unité des grévistes, décisive pour avancer vers une victoire.

Les grévistes et leurs syndicats appellent à une grande manifestation ce vendredi 5 octobre à 12h30 qui partira du 5 rue de la paix pour se rendre au Hyatt Madeleine, 28 bd Malesherbes 75008 PARIS.




Mots-clés

Secteur du nettoyage   /    Onet   /    Grève   /    Précarité   /    Notre classe